Naissance et coutumes

1. COUTUMES D’AILLEURS

C’est une vieille coutume de planter un arbre fruitier pour la naissance d’un nouvel enfant. En suisse, on plante un pommier pour un garçon, un poirier pour une fille. À Haîti, un cocotier ou un arbre à pain. En Suède, le tilleul ou l’orme était considéré comme un arbre protecteur. Celui qui l’endommageait était à coup sûr frappé par le mauvais sort ; mais une femme enceinte qui l’étreignait était assurée d’un accouchement facile. On lit dans la mythologie grecque que L’éto se pressa contre un palmier, alors qu’elle était sur le point de donner naissance à Apollon et Artémis, pour faciliter son accouchement.

En Afrique, les femmes d’une tribu congolaise se drapent d’un tissu fait de l’écorce fibreuse d’arbres particuliers qui les protègent des difficultés possibles pendant la grossesse. En Afrique occidentale, les tribus M’Benga plantent un arbre au moment de l’accouchement et dansent tout autour, croyant que l’âme du nouveau-né se trouve à l’intérieur.

Caterine MILINAIRE, Naissance.

Complétez le tableau après avoir lu le texte.

PaysArbresFonction
SUISSEPommier – poirier 
Haïti Naissance d’un enfant
 Tilleul – orme 
Grèce Naissance facile

2. COUTUMES DE CHEZ NOUS

1. Rapportez les pratiques de votre ville ou de votre village lors de la naissance d’un enfant.

2. Présentez les informations sous forme d’un panneau d’affichage.

3. SOUPE AUX LETTRES

Retrouvez, dans la grille, de gauche à droite et de droite à gauche :

deux noms d’arbres ;
deux mots du champs lexical de la grossesse ;
deux mots de celui des us et coutumes.

Lues à la suite, les lettres qui restent forment un septième mot. Retrouvez-li.

XUAEMUJEN
NAISSANCE
FAREIMMOP
PALMIERNT
SECNAYORC
TRADITION
Article précédentLes outils pour écrire un texte narratif
Article suivantLa lettre