Menace sur l’Amazonie

D’ici à vingt ans l’Amazonie sera méconnaissable. Au sud et à l’est, des pans 1 entiers de forêt seront rayés de la carte. Ailleurs, il ne restera plus que des îlots intact, séparés par des zones déboisées ou très abîmées. Seul l’ouest de l’Amazonie sera encore vraiment couvert de forêt vierge.

S’il se réalisait, un tel scénario 2 serait dramatique 3, pas seulement pour l’Amazonie, mais pour toute la planète. D’abord, des milliers d’espèces d’animaux et de plantes qu’on ne trouve nulle part ailleurs pourraient rejoindre les mammouths et les dinosaures dans les musées. Pire, l’une des plus grandes réserves d’eau douce de la planète risquerait d’être souillée par les activités humaines. Enfin, c’est tout le climat de l’Amérique du Sud, et même du globe, qui pourrait être chamboulé 4.

Car, avertissent les scientifiques, en ouvrant des clairières 5 dans la forêt, l’homme la rend plus vulnérable 6 à son pire ennemi : le feu.

Déjà, durant la saison sèche, les feux allumés par les agriculteurs se répandent dans la forêt, dégageant de gigantesques nuages de fumée qui obscurcissent l’air. Au point qu’il faut souvent fermer les aéroports. Les flammes libèrent dans l’atmosphère des millions de tonnes de dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre qui réchauffe la planète. De tels incendies devraient, eux aussi, se multiplier. […]

Un tel scénario-catastrophe est-il inévitable ? Faut-il se résigner à dire adieu à la plus grande forêt du monde ? Construire des routes en Amazonie a fait plus de mal que de bien à la forêt. Mais il n’est pas sûr qu’il en soit ainsi dans l’avenir. Au contraire, aménager la région pourrait permettre de mieux la protéger. Avoir de bonnes routes aiderait à combattre les trafiquants 7. Et puis cela pourrait améliorer les conditions de vie de milliers de personnes qui vivent dans la misère, loin de tout. Et si on apprenait aux petits paysans à utiliser de façon raisonnée les richesses de la forêt (fruits, palmiers…) avant de les détruire ? Si on leur enseignait de nouvelles techniques de culture qui préservent l’environnement ?

Laure SCHALCHLI, Science et Vie Junior,
N° 162, mars 2003.

1. des parties entières de forêt.
2. déroulement d’un événement qu’on se représente à l’avance.
3. un tel événement serait catastrophique.
4. être bouleversé, modifié totalement.
5. des endroits dans la forêt où l’on a coupé tous les arbres.
6. qui peut être attaquée, menacée.
7. des personnes qui font un commerce interdit par la loi.

1. D’ENTRÉE DE JEU

1. Situez l’Amazonie sur une carte géographique.

2. Quelle est la principale richesse de cette région du monde ?

3. D’après vous, qu’est-ce qui peut la menacer ?

2. AU CŒUR DU TEXTE

1. Relevez l’indicateur de temps qui ouvre le texte. En vous aidant des informations extérieures au texte, vers quelle année l’Amazonie sera-t-elle méconnaissable ?

2. Quel temps verbal accompagne cet indicateur de temps dans le premier paragraphe ? Justifiez l’emploi de ce temps.

3. a. Quelle menace pèse sur l’Amazonie ?
b. Dégagez les conséquences qu’entraîne une telle menace.
c. Relevez le mot qui introduit chaque conséquence.
d. Quel est le mode verbal dominant dans le deuxième paragraphe ? Justifiez l’emploi de ce mode.

4. a. Pourquoi le feu est-il dangereux ?
b. Pourquoi le mode indicatif est-il employé dans le troisième paragraphe ?

5. Énumérez les avantages que présenterait la construction de routes en Amazonie ?

6. Dans « Mais il n’est pas sûr qu’il en soit ainsi dans l’avenir », précisez la nature grammaticale de « mais » puis expliquez son rôle.

3. PARTIE D’ÉCRITURE

Les scientifiques attirent l’attention sur les dangers du feu.

Durant la saison sèche, les feux allumés par les agriculteurs se répandent dans la forêt, dégageant de gigantesques nuages de fumée qui obscurcissent l’air.

Aidez-vous de ce modèle pour écrire deux courts paragraphes consacrés respectivement à une cause d’incendie et à ses conséquences. (5 lignes environ par paragraphe.)

Article précédentLe texte explicatif
Article suivantLes mots de liaison