L’infinitif

« Il y a cent ans, aller sur la Lune était chose impossible. Aujourd’hui, c’est devenu une réalité. Dans dix ans, peut-être, aller sur la Lune sera chose courante. Il suffira d’aller acheter un ticket dans une agence de voyage.
Quoi ! Aller sur la Lune comme on va à Paris ! Tu rêves !
Moi, j’aime rêver … Rêver me fait du bien. Après avoir rêver un moment, je me sens reposé. »

1. Formes et valeurs

1. Relevez les verbes à l’infinitif. À quel groupe verbal appartiennent-ils ?
Quelles autres terminaisons de l’infinitif connaissez-vous ? Donnez des exemples.

2. La forme de l’infinitif a-t-elle changé en fonction du temps dans les trois premières phrases ? Qu’en concluez-vous ?

3. Relevez un infinitif de forme composée. Quelle est sa valeur par rapport à un infinitif de forme simple ?

a. Mise au point

L’infinitif est un mode impersonnel : il ne varie pas en personne.
Il n’exprime pas de temps par lui-même. Il a la valeur temporelle du verbe principal de la phrase à laquelle il appartient. Ex. Je crois rêver (présent). Je croyais rêver (imparfait).
La forme simple de l’infinitif s’emploie pour exprimer un fait non accompli, ou vu en train de s’accomplir. Ex. Il croit comprendre (présent).
La forme composée s’emploie pour exprimer un fait accompli. Ex. Il croit avoir compris.

2. Emplois

1. Dans la 1re phrase, quelle est la fonction du groupe « aller sur la Lune » ?
Quel est le noyau de ce groupe ? Quels sont ses constituants (nature et fonction) ?
On aurait pu aussi écrire « un aller sur la Lune ». Ce verbe à l’infinitif est-il donc équivalent à un nom ou à un verbe ? Trouvez un autre exemple semblable dans le texte.

2. Quelle est la valeur du verbe « aller » dans « aller acheter » ?
Fonctionne-t-il ici comme un verbe ou comme un nom ?

3. Dans « aller sur la Lune comme on va à Paris », quelle est la valeur de l’infinitif : verbe ou nom ?

4. Dans la phrase « Ne pas nager », quelle est la valeur de l’infinitif ?

a. Mise au point

L’infinitif peut fonctionner comme un verbe. Il est alors le verbe noyau de la phrase ou de la proposition. Ex. Aller sur la Lune. (Noyau de la phrase). J’ai vu l’école éclater (=qui éclatait) (noyau d’une proposition, dite proposition infinitive).
Il peut alors exprimer :
un ordre, un conseil, une défense. Ex. Ne pas bouger.
une interrogation. Ex. Que penser ?
une exclamation. Ex. Toi, aller sur la Lune !
L’infinitif peut fonctionner comme un nom ; il assume alors les mêmes fonctions que le nom (sujet, COD, complément circonstanciel, etc.).
Ex. Rêver (sujet) me fait du bien. J’aime rêver (COD). (J’aime le rêve.)
Comme le nom, il peut avoir des compléments.
Ex. Rêver de ma mère (infinitif + COI) m’arrive souvent.

3. EXERCICES

1. Quel est l’infinitif de ces verbes ?

Tu attires – elle vit – je recouvre – il a offert – nous avons disparu – il peut voler – il continua – vous prenez – elles reçoivent – je cueille – elles rejettent – tu choisis – nous faisons.

2. Dans les phrases suivantes, indiquez la fonction des groupes infinitifs soulignés.

1. Explorez l’Univers a toujours été le rêve de l’homme.
2. Voudriez-vous boire un jus d’orange ?
3. Prenez ce médicament après avoir mangé.
4. Il lui a demandé de venir le voir.
5. Trop manger est mauvais pour la santé.
6. J’ai senti le vent tourner.

3. Relevez les infinitifs. Quelles sont leur valeur et leur fonction dans les phrases où vous les avez trouvés ?

Comprendre la composition de l’air, quelle drôle de question ! C’est ce qu’auraient rétorqué les Anciens. Les philosophes grecs cherchaient plutôt à découvrir les principes de base de l’Univers, ceux à partir desquels il est construit : l’eau au VIIe siècle avant J.-C., pour Thalès (celui du théorème) ; l’air pour Anaximène, au VIsiècle avant J.-C., mit tout le monde d’accord en recensant quatre substances correspondent aux quatre états de la matière. Les chercheurs anciens disent que le feu est incandescent : il fait évaporer l’eau, consumer le bois, fondre les métaux.

4. Complétez ces phrases par un verbe à l’infinitif, à la forme simple ou à la forme composée.

1. Je suis certaine d’ ici quand j’étais enfant.
2. Après la porte n’oublie pas de la clé sous le paillasson.
3. Avant d’, il frappera pour ne pas les surprendre.
4. Après il faut toujours se brosser les dents.
5. Je pense la la semaine prochaine.

5. a. Remplacez les groupes soulignés en mettant le verbe à l’infinitif.

1. Le cosmonaute espère qu’il arrivera sain et sauf sur la Lune.
2. Nous souhaitons qu’il guérisse.
3. Elle a accepté sans que j’insiste beaucoup.
4. Personne n’a envie qu’il parte.
5. Il a fait cela pour que je pleure.

b. Certaines phrases ont changé de sens ou sont devenues moins claires. Lesquelles ? Expliquez ce qui a changé.

6. a. Dans les phrases suivantes, qu’exprime l’infinitif lorsqu’il est employé comme un verbe ?

1. Ne pas mélanger les huiles.
2. Que penser devant une telle injustice ?
3. Quoi, voyager en moto avec toi !
4. Pourquoi continuer à l’aimer ? Elle ne peut plus me supporter.
5. Suivre à la lettre les prescriptions du médecin.
6. Lui, t’accueillir une semaine ! Vraiment tu ne le connais pas.
7. Comment faire pour ne pas le vexer ?

b. À votre tour, construisez six phrases avec des infinitifs exprimant un ordre, une interrogation, une exclamation.