Les temps du récit

1. Le récit du passé

Arrivé au troisième, ma mère m’a donné la tape dans le cou que j’attendais.
Quand elle m’a donné cette tape, je me suis dit : « Bof, c’est pas si terrible. »
Mais une demi-heure après, j’ai commencé à sentir une brusque chaleur dans la partie en question.

Elvira LINDO, Manolito, Gallimard Jeunesse.

1. Ce que le narrateur évoque est-il proche ou éloigné du moment de l’énonciation ?

2. Quels temps verbaux l’enfant emploie-t-il pour raconter ce qu’a fait sa mère ? pour raconter ses impressions ?

a. Mise au point

Dans un récit, pour évoquer une action passée, on utilise les temps du passé.
L’utilisation de ces temps indique que le récit se situe longtemps avant le moment de l’écriture (l’énonciation). C’est le cas dans l’autobiographie où l’auteur fait le récit de ses souvenirs.
Le passé simple s’emploie pour exprimer des actions successives dans le passé.
Ces actions forment le premier plan du récit.
Ex. On m’octroya une place au dortoir. Je m’octroyai une place dans un coin de la cour.
L’imparfait montre l’action dans sa durée et forme le second plan du récit.
EX. Elle nous habillait de son regard.
Le passé composé peut aussi être employé dans les récits au passé. Il permet d’évoquer des faits achevés par rapport au moment de l’énonciation. Ex. Ma mère m’a donné la tape.
L’emploi de ce temps dans un récit au passé rend les faits plus proches du lecteur, plus vivants.

2. Antériorité et futur dans un récit au passé

Je pleurais doucement quelque part je savais que j’aurais besoin de toutes mes réserves de larmes pour les cinq heures à venir.
Mon intuition avait été bonne. Arrivé au troisième, ma mère m’a donné la tape dans le cou que j’attendais.

Elvira LINDO, Manolito, Gallimard Jeunesse.

1. Dans la première phrase, quels sont les deux temps utilisés ?

2. Quel temps est employé dans la phrase : « Mon intuition avait été bonne » ? Justifiez son emploi.

3. Quel est le temps qui a ici une valeur de futur ?

a. Mise au point

Pour exprimer une action antérieure à celles qui sont évoquées à l’imparfait et au passé composé, on emploie le plus-que-parfait. EX. J’ai sorti les trois feutres que le poissonnier nous avait donnés.
Pour exprimer le futur dans un récit au passé, le verbe prend la forme du conditionnel.
Ex. Je savais que je serais puni.

3. Le présent pour raconter le passé

Je ne me rappelle pas une caresse du temps où j’étais petit … Mon premier souvenir date d’une fessée … C’est au coin d’un feu de fagots, sous le manteau d’une vieille cheminée ; ma mère tricote dans un coin …

Jules VALLÉS, L’Enfant, L.G.F.

1. Qui est le narrateur ? Quels mots le désignent ?

2. Quel souvenir évoque-t-il ? Ce qu’il évoque est-il proche ou éloigné du moment de l’écriture (l’énonciation) ?

3. Quel temps emploie-t-il pour évoquer ce souvenir et raconter ce qui s’est passé ?

4. Réécrivez la dernière phrase à l’imparfait ; le souvenir évoqué apparaît-il aussi vivant ?

a. Mise au point

On peut raconter au présent une histoire passée. Ce temps, appelé présent de narration ou présent historique, sert à rendre l’histoire plus actuelle ou plus vivante. C’est un fait de style.
On peut trouver des présents à l’intérieur de ces récits, quand le narrateur énonce un fait qui est toujours vrai. Ce présent est appelé présent de vérité générale. Ex. Les hommes sont mortels.

4. EXERCICES

a. Le récit du passé

1. Lisez ce texte puis répondez aux questions.

En ouvrant les yeux, Robinson vit d’abord un visage penché sur lui. Vendredi lui soutenait la tête de la main gauche et essayait de luis faire boire de l’eau fraîche dans les creux de sa main droite. Mais Robinson serrait les dents et l’eau coulait autour de sa bouche, dans sa barbe et sur sa poitrine.
L’Indien sourit et se releva en le voyant remuer. Aussitôt une partie de sa chemise et la jambe gauche de son pantalon, déchirés et noircis, tombèrent sur le sol. Il éclata de rire et se débarrassa par quelques contorsions du reste de ses vêtements

Michel TOURNIER, Vendredi ou la Vie sauvage, Gallimard.

a. Repérez les verbes et classez-les selon leur temps.
b. Dans quelle partie du texte les actions sont-elles montrées en train de s’accomplir ? Quel temps est alors employé ?
c. Quel temps forme le premier plan du récit ? Quel temps est utilisé pour décrire les actions au second plan ?

2. Le récit suivant est écrit au présent. Modifiez les temps verbaux de manière à le transformer en récit au passé. Pouvez-vous conserver telle quelle l’expression « ce matin » ?

Ce matin, il n’y a pas à en douter : il fait très beau et on m’attend pour une baignade dans le lac. J’enfile short, tee-shirt et dévale l’escalier qui conduit à la cuisine.
– Tu es tombé du lit ce matin, Balthazar ? demande Honorine qui s’affaire déjà
Il est vrai que les jours précédents je n’apparaissais pas avant onze heures : pourquoi se lever tôt quand on n’a rien à faire.

Sylvie GIBERT, « Le secret du templier »,
Les aventuriers, Milan Presse.

b. Antériorité et futur dans un récit au passé

3. Conjuguez les verbes entre parenthèses au passé simple, à l’imparfait ou au plus-que-parfait de manière à obtenir un récit au passé.

Un jour qu’il (chasser) dans une grande forêt, un roi (se mettre) avec tant d’ardeur à la poursuite du gibier que personne de ses gens ne (pouvoir) le suivre. À la tombée du soir, il (s’arrêter) et (regarder) autour de lui ; alors il (voir) qu’il (s’égarer).

GRIMM, Les Six Cygnes, Gallimard.

4. Marie Duval a gagné le gros lot de la loterie nationale. Voici son interview :
« Aujourd’hui, c’est le plus beau jour de ma vie : j’ai appris que j’avais gagné les 100 millions de livres, et je n’ai pas vraiment compris ce qui se passait.
Il y a dix jours, j’étais complètement déprimée car je n’avais pas de quoi finir le mois. J’ai acheté ce biller la semaine dernière sans y croire, j’ai même failli l’oublier dans la poche de mon jeans que je voulais mettre dans la machine à laver.
Ce soir, on fait la fête. J’ai mis ma plus belle robe et j’invite la famille et les amis dans un grand restaurant. Demain soir, je pars pour Paris avec mon fiancé. J’espère qu’au retour je pourrais ouvrir une boutique qui me mettra à l’abri du besoin. 

a. Un mois après, Marie Duval raconte à nouveau à un ami ce qui lui est arrivé. Réécrivez le récit qu’elle fait.
Attention ! Vous devez changer le temps des verbes et certains indices de temps. Ex. Aujourd’hui / il y a un mois.
b. À quel mode avez-vous mis les deux derniers verbes du texte ? Quelle est la valeur de ce mode ?

5. Écrivez un fait divers racontant le cambriolage d’un magasin tel qu’il vous a été rapporté.

c. Le présent pour raconter le passé

6. Lisez cet extrait puis répondez aux questions.

Le 14 juillet 1789, le peuple de Paris s’empare de la Bastille. À partir de cette date, on annonce des brigands partout et la « grande peur » s’installe …
a. Que raconte ce récit ?
b. Quand ces événements se sont-ils passés ?
c. Quel effet produit l’emploi du présent ?

7. Réécrivez ce texte au présent historique.

Maître du pouvoir après le coup d’État du 18 Brumaire 1799, Napoléon Bonaparte a rétabli la paix et l’ordre. Il stabilisa progressivement une dictature personnelle impitoyable. Il se fit couronner empereur le 2 décembre 1804 et décida d’étendre son influence de l’Atlantique à l’Oural.

8. Ce texte est écrit au passé simple. Réécrivez-le au présent de narration. Attention, vous devrez aussi utiliser un futur.

Voici l’histoire d’un homme qui avait une cervelle d’or. Lorsqu’il vint au monde, les médecins pensaient que cet enfant ne vivrait pas, tant sa tête était lourde et son crâne démesuré. Il vécut cependant et grandit au soleil comme un beau plan d’olivier ; seulement sa grosse tête l’entrainait toujours et c’était pitié de le voir se cogner toujours et c’était pitié de le voir se cogner à tous les meubles en marchant …

Alphonse DAUDET, Les Lettres de mon moulin.

9. Écrivez au présent historique un événement de l’histoire ancienne. Vous pouvez vous aider d’un manuel d’histoire ou d’un dictionnaire.

Article précédentLa tape
Article suivantRéussir une dictée (1)