1. Les subordonnées conjonctives

Partout dans le monde, les ressources halieutiques 4 s’épuisent. Estimées à 5 millions de tonnes par un an à la fin du XIXe siècle, les prises ont atteint 86 millions de tonnes à la fin des années 1980. Depuis, elles déclinent, non en raison d’une réduction de l’effort de pêche, mais parce que la quantité globale de poissons diminue régulièrement.
Parmi les 2 500 espèces pêchées, certaines sont particulièrement menacées comme le cabillaud, la lotte, le merlu, les langoustines et les mérous. Si les scientifiques sont d’accord sur ce constat, celui-ci entraîne la colère des pêcheurs qui n’acceptent pas de réduire leurs prises, comme le prévoit le plan Fischler.

Jean -Marie PELT, Santé magazine,
N° 326, février 2003.

1. Classez les phrases entre phrases simples ou phrases complexes et justifiez votre classement.

2. Dans les phrases complexes, relevez les subordonnées.

3. Par quel mot subordonnant chacune d’elles est-elle introduite ?

4. Quelle est la nature de ces subordonnants et leur rôle ? Peut-on les supprimer ?

5. Quelle est la nature des propositions subordonnées ? Qu’est ce qui vous a permis de répondre ?

6. Lesquelles sont reliées à un verbe ?

a. Mise au point

Les propositions subordonnées conjonctives sont reliées à la proposition dont elles dépendent par une conjonction de subordination (que, quand, lorsque, si, etc.), ou par une locution conjonctive (parce que, pour que, bien que, etc.)
Les conjonctions de subordination ne peuvent pas être supprimées ; sans elles la phrases perd son sens.
Ex. Bien que les ressources halieutiques diminuent (prop. Subordonnée conjonctive), les pêcheurs refusent le plan Fischler (prop. Principale).

2. Les fonctions des propositions subordonnées conjonctives

a. Les subordonnées conjonctives complétives : COD ou COI

Des pêcheurs ne veulent pas qu’on les oblige à réduire leurs prises. Ils pensent qu’ils ne sont pas responsables de la disparition des poissons.

Jean -Marie PELT, Santé magazine,
N° 326, février 2003.

1. Par quelle conjonction les subordonnées sont-elles introduites ?

2. Sont-elles rattachées à un verbe ou à un nom ?

3. Qu’expriment les verbes auxquels elles sont rattachées ?

4. Quelle est leur fonction par rapport au verbe de la principale ?

5. Peut-on les supprimer ou les déplacer ?

Mise au point

La proposition subordonnée conjonctive peut être complément d’objet (direct ou indirect) du verbe de la proposition dont elle dépend. On la trouve généralement après les verbes de volonté, d’affirmation, d’opinion, de sentiment. On l’utilise donc souvent pour expliquer ou argumenter.
Ex. Il nous dit (principale) que c’était une catastrophe écologique (subordonnée complétive COD).
Il déplore (verbe de sentiment) que cela soit arrivé.
La conjonction « que » qui l’introduit n’a pas de fonction dans la subordonnée.
Ex. J’aimerais que la mer soit propre (prop. sub. COD).
Comme tous les compléments d’objet, la proposition subordonnée conjonctive ne peut être ni déplacée ni supprimée car elle est un constituant essentiel du GV.
Ex. Je voudrais que l’on m’écoute (GV / V + COD).

b. Les subordonnées conjonctives compléments circonstanciels

Ceci montre la difficulté de protéger une espèce quand on continue à pêcher ses proies. On exige désormais de créer des réserves pour que l’écosystème se régénère.

Jean -Marie PELT, Santé magazine,
N° 326, février 2003.

1. Repérez les subordonnées.
Quelle information chacune d’elles apporte-t-elle à la principale ?

2. Quelle est la fonction de ces subordonnées ? Peut-on les déplacer ?

Mise au point

La subordonnée conjonctive peut être complément circonstanciel. Elle est rattachée à la proposition principale et la complète en lui apportant diverses informations : temps, cause, but, conséquence, etc.
Elle peut généralement être déplacée ou supprimée.
Ex. Les poissons se font rares parce qu’on détruit leurs lieux de ponte.
/ Parce qu’on détruit leurs lieux de ponte, les poissons se font rares.
/ Les poissons se font rares.

3. EXERCICES

a. Les subordonnées conjonctives

1. Recopiez les propositions subordonnées conjonctives que vous trouverez dans ce texte et soulignez la conjonction qui les introduit.

On dit que l’homme est capable du meilleur comme du pire. On doit l’applaudir lorsqu’il se bat pour sauver la nature, mais on doit le critiquer quand il la détruit.
L’humanité a commencé à prendre conscience que la planète vivante est son patrimoine. En 1972, à Stockholm, en Suède, a eu lieu la première conférence mondiale sur l’environnement. En 1992, à Rio, plus de 100 pays ont signé des accords. Les scientifiques ont demandé que la biodiversité soit mieux protégée.
Des parcs nationaux ont été créés pour que soient sauvées certaines espèces d’animaux en voie de disparition.

2. Faites de même avec ce texte.

Le monde des poissons tropicaux est victime d’une bien triste réalité parce que, pour les capturer, la méthode la plus répandue consiste à verser du cyanure de sodium sur les récifs.
Quand les poissons ont été paralysés par le puissant toxique il ne reste plus qu’à les prélever tranquillement. Cette technique violente menace de nombreuses autres espèces vivantes dont les coraux font partie. Si l’on continue ainsi, les récifs coralliens disparaîtront. Bien que les chercheurs alertent le monde à ce sujet, l’hécatombe continue.

b. Les fonctions des propositions subordonnées conjonctives

1. Les subordonnées conjonctives complétives : COD ou COI

3. Dites si les subordonnées de ces phrases sont conjonctives ou relatives.

1. Les militants de Greenpeace ont fait leur possible pour défendre les baleines que l’on voulait massacrer.
2. Je pense que les fruits cultivés en agriculture biologique sont meilleurs.
3. Quatre oryx d’Arabie que l’on avait capturés juste avant qu’ils disparaissent ont permis de reconstituer un troupeau.
4. Elle s’aperçut que les truites flottaient toutes ventre en l’air. La rivière qu’elle longeait avait été empoisonnée par de l’acide provenant de l’usine en amont.

4. Repérez les subordonnées conjonctives introduites par « que ». Entourez le verbe dont elles dépendent. Indiquez leur fonction dans la phrase.

Ils chantent comme des baleines
Des chercheurs américains se sont rendu compte que les casoars, des volatiles de Papouasie de la taille des autruches, chantent comme des cétacés. Ils poussent des cris si graves qu’ils sont à peine audibles pour l’homme. Comment ces oiseaux produisent-ils ces sons ? La réponse n’est pas claire. Curieusement, les chercheurs soupçonnent que les casoars utilisent … la crête qu’ils ont au sommet de la tête ! Elle leur permettrait soit d’émettre ces chants à la manière d’un cor, soit de les recevoir. Les spécialistes des dinosaures ont constaté que la bosse que portaient sur la tête certains d’entre eux ressemble farouchement à celle des casoars. Ils pensent qu’elle servait à amplifier les sons.

5. Transformez ces phrases simples en phrases complexes contenant une subordonnée complétive introduite par « que ».

1. J’attends la fin de l’année scolaire.
2. Je lui ai fait part de mon mécontentement.
3. Je l’ai avertie de mon arrivée prochaine.
4. Il était heureux de m’annoncer la naissance de sa fille.
5. Promets-moi de ne plus recommencer.

6. Terminez ces phrases avec des subordonnées.

1. Je pense
2. Il exige
3. Le gouvernement espère
4. Le maire veut
5. Il souhaite

7. Transformez cette proposition indépendante en proposition subordonnée complétive, complément d’un verbe : a. de volonté ; b. de perception ; c. de souhait ; d. d’affirmation ; e. de constatation ; f. de sentiment.

« L’environnement est propre. »

2. Les subordonnées conjonctives compléments circonstanciels

8. Repérez les subordonnées dans ces phrases.
Encadrez le mot subordonnant et précisez la circonstance.

1. Quand des pétroliers ont voulu prospecter les terres, les Indiens ont alerté le monde parce qu’ils ne voulaient pas qu’on détruise la nature dans laquelle ils vivaient.
2. Lorsque tu te brosses les dents, ferme le robinet.
3. Si tu veux sauver les arbres, achète des cahiers en papier recyclé.
4. Lorsqu’on plante un arbre, on réduit la quantité de carbone contenue dans l’air parce que les végétaux s’en nourrissent.
5. Si tu utilises les transports en commun ou le vélo quand tu te déplaces, tu contribueras à réduire l’effet de serre.

9. Écrivez une lettre au ministère de l’Environnement pour lui demander qu’on interdise de couper les arbres qui sont devant chez vous.
Dans votre texte, employez des subordonnées conjonctives complétives et circonstancielles.

10. À partir de ce document, dites ce que vous pensez de la chasse. Expliquez votre point de vue et donnez des conseils. Employez des phrases complexes avec toutes sortes de subordonnées.

Article précédentLa mer va-t-elle manquer de poissons ?
Article suivantDu fer dans la mer