Maman renouvelait alors le contenu des sachets qu’elle nichait dans les armoires, et c’est ainsi que nous humions l’été en plein cœur de l’hiver.
On m’octroya une place au dortoir, une place au réfectoire, une place en classe, une place à l’étude, une place à la chapelle.
Je m’octroyai une place dans un coin de la cour récréation, sur un banc de pierre, toujours le même.
On me donna de nouveaux habits.

Mansour LABAKY, L’Enfant du Liban, Éditions du Jubilé.

1. Conjugaison

1. Relevez les verbes au passé simple. À quel groupe appartiennent-ils ? observez leur terminaison.

2. Remplacez « on m’octroya » par le verbe « recevoir » et « je m’octroyai » par le verbe « prendre ».
Quelle est la terminaison de chacun des verbes conjugués ?

3. Les verbes suivants sont au passé simple. Classez-les selon leur groupe. Que remarquez-vous ?
Il ramena – elle finit – nous ramenâmes – il sortit – elle vint – il renifla – elle blanchit – ils revirent – elle aperçurent – il naquit – elle vécut – il convint.

a. Mise au point

Les terminaisons du passé simple peuvent se classer selon la voyelle ou le son.

 Verbes du 1er groupe + allerVerbes du 2e groupe + certains du 3e groupeVerbes du 3e groupe + être et avoirVerbes tenir et venir et leurs composés
Je -ai -is-us-ins
Tu -as-is-us-ins
Il/elle-a-it-ut-int
Nous-âmesîmes-ûmes-înmes
Vous-âtesîtes-ûtes-întes
Ils/elles-èrentirent-urent-inrent

2. Exercices

a. Conjugaison

1. Indiquez l’infinitif des formes verbales suivantes.

Il reçut – ils chantèrent – il vit – il chancela – nous sortîmes – vous fûtes – ils allèrent – je chantai – vous fîtes – il vint – elle aperçurent – ils finirent – elles choisirent – vous crûtes – je sursautai – il se souvint -nous retînmes.

2. Mettez ces formes verbales au passé simple.

Je tire – tu manges – il va – elles détruisent – vous faites – il lit – nous regardons – il sort – ils reviennent  – elle naît – il meurt – nous avons dû – vous daignerez – nous résolvons – il faut – elle survit.

3. Emplois

1. Quels sont les temps du passé utilisés dans le texte ? pouvez-vous justifier leur emploi ?

2. Les verbes au passé simple expriment-ils des faits répétés et qui durent ou des faits isolés ?

3. Supposez que l’enfant qui a vécu ce moment la raconte à quelqu’un quelques jours après l’avoir vécu.
Comment le raconterait-il ? Quels temps utiliserait-t-il ? Réécrivez le passage.

a. Mise au point

Le passé simple s’emploie seulement dans les récits au passé ne dépendant pas de la situation d’énonciation.
Il exprime des faits ponctuels qui se produisent à un moment déterminé du récit.
Ex. Ce soir-là je dormis mal.
Employé avec l’imparfait, il exprime des faits mis au premier plan qui font avancer le récit.
Ex. On m’octroya une place … Je m’octroyai une place …
Le passé simple ne se rencontre que dans la langue écrite et à un niveau de langue soutenu.
À l’oral, c’est le passé composé qui lui correspond. Ex. On m’a donné de nouveaux habits.

4. Exercices

a. Emplois

3. Dans ces phrases, mettez les verbes à l’imparfait ou au passé simple. Quel est le groupe de mots qui vous a permis de choisir ?

1. Tout à coup, il (apparaître) et tout le moment (se lever).
2. Un soir, je (sortir) seul et (rester) longtemps à contempler la lune.
3. Tous les matins, à la même heure, il (se lever) et (sortir) sur son balcon.
4. Soudain, il (hurler) et nous (apostropher) en termes injurieux.

4. a. Recopiez l’extrait suivant en conjuguant les verbes aux temps qui conviennent.
Il était une fois un vieil homme de quatre-vingt-sept ans qui (se nommer) Basile et qui (mener) une vie douce et paisible.
Il (sortir) en clopinant pour se rendre à la boutique du bas de la rue où il (se procurer) quelques pièges, un morceau de fromage et un peu de colle. De retour chez lui, il (mettre) de la colle sous les pièges qu’il (fixer) au plafond. Puis il les (garnir) de quelques morceaux de fromage pour attirer les souris.

D’après R. DAHL, Les Souris tête en l’air et autres histoires d’animaux, Folio Cadet, Gallimard.

b. Quel passage décrit le personnage ? Quel temps avez-vous employé ?
c. Quel passage met les faits au premier plan ? Combien d’actions successives le vieil homme fait-il ? Relevez les mots marquant la chronologie des actions. Quel temps avez-vous employé ?

5. Mettez les verbes entre parenthèses au passé simple ou à l’imparfait. Justifiez votre choix.

Plume Agile (lever) le nez et (renifler) : le vent (tourner) et il y (avoir) dans l’air comme une odeur de trahison. Elle (rester) seule au campement. Les enfants et les vieillards avaient été évacués au début de l’après-midi vers les montagnes. Les guerriers (surveiller) au loin ou bien (chasser).
Elle (mettre) l’oreille contre terre. Le sol (trembler). C’(être) le galop d’une nombreuse compagnie qui (s’approcher). Plus de doute possible, il (falloir) donner l’alerte.

F. SAUTEREAU, Les Indiens de la rue Jules-Ferry, Rageot.

6. a. Réécrivez ce texte à l’imparfait, au passé simple et au plus-que-parfait.

Cette fois, j’ai bien pris soin de repérer la route et j’ai filé vers la rive, dans une brasse impeccable. Gloup, gloup, gloup, mes bras battent l’eau en cadence. Agrippé à mon cou, Totor me chatouille la nuque, à petits coups de museau, comme pour m’encourager. Je reprends pied sur la berge du canal, un peu plus loin, en amont de la vedette, dont les occupants continuent à épier la surface du canal.

D’après Thierry JONQUET,
Lapoigne et la fiole mystérieuse, Nathan.

b. Quelle version figurerait dans un récit oral ? Pourquoi ?

Article précédentL’EMPLOI DU VERBE À L’INFINITIF
Article suivantLA TAPE