Le champ sémantique / le sens propre / et le sens figuré

Sa bouche est fermée, son front brille d’un froid et léger éclat, le mouvement que fait la plume en moulant les caractères sur la page muette semble facile et mécanique.

1. Le champ sémantique

1. Cherchez dans le dictionnaire les différents sens du mot « front ».
Combien en avez-vous trouvé ? Quel est le sens de ce mot dans le texte ?

2. Employez le mot « éclat » dans des phrases où il aura un sens différent de celui qu’il a dans le texte.

3. Sans consulter le dictionnaire, donnez les différents sens qu’ont les mots « caractères » et «  page » ; vérifiez ensuite dans un dictionnaire.

4. Qu’est-ce qui permet de choisir le sens d’un mot quand il en a plusieurs ?

a. Mise au point

La plupart des mots peuvent avoir plusieurs sens. Ces mots sont polysémiques
(poly = plusieurs ; sémie = sens).
L’ensemble des sens d’un mot constitue son champ sémantique.
Ex. Ce lit est confortable. Le lit de cette rivière n’est pas bien large.
C’est le contexte de la phrase ou les compléments du mot qui permettent de reconnaître son sens dans l’énoncé.

2. Le sens propre et le sens figuré

Que veut dire « brille » dans « son front brille » ? Est-il pris au sens propre du verbe « briller » ? Que veut dire, au sens propre, l’adjectif « muette » ? Quel sens a-t-il dans le texte ? Donnez d’autres exemples de mots que l’on peut employer au sens propre ou au sens figuré.

a. Mise au point

Un mot est employé au sens propre lorsqu’il est employé dans son sens premier, c’est-à-dire son sens le plus simple et le plus courant. Ex. La lune brille. Il a jeté une pierre.
Un mot est employé au sens figuré lorsqu’on passe d’une représentation concrète à une autre, imagée. Ex. Cet enfant est toujours dans la lune. Il semble de pierre.

3. EXERCICES

a. Le champ sémantique

1. Classez les verbes suivants en deux séries selon qu’ils sont ou non polysémiques. Donnez un exemple pour chaque sens.

Affecter – adresser – évaluer – attacher – attendre – chercher – féconder – éclater – espacer – éternuer – gommer – gonfler.

2. Faites de même avec les noms suivants.

Une affaire – un col – l’attente – une émeute – une chemise – un cœur – une échelle – un entresol  – une escale – de l’essence – un esquimau – un étier – la façon – une fêlure – un gouvernail – une correction.

3. Expliquez les différents sens des mots en gras dans les phrases suivantes.

1. a. Que Dieu me garde de la souffrance !
b. Le soldat garde la porte de la caserne.
c. Un garde était posté à la sortie du tunnel.

2. a. On a fait démolir toutes les vieilles maisons du quartier.
b. Cet homme a été démoli par la mort de sa femme.

3. a. Il a obtenu sa licence en droit cette année.
b. Il a une licence pour vendre des tissus.

4. a. Voici les notes que j’ai prises pendant la conférence.
b. Les notes de cette chanson sont trop aiguës.
c. Voici votre note, vous me devez quarante euros.
d. Il a eu de bonnes notes cette année.

4. Employez les mots suivants dans autant de phrases qu’ils ont de sens différents.

Trait – flot – défaire – chapeau – arracher.

b. Le sens propre et le sens figuré

5. Dans les phrases suivantes, quel est le sens des mots soulignés ?

1. J’ai embrassé l’aube d’été. Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte.

A. RIMBAUD, « Aube », Illuminations.

2. Le spectre passait trop vite au gré d’Elisabeth qui écarquillait les yeux par crainte de ne pas tout voir. À peine avait-on fini de trembler pour les acrobates qu’il fallait s’attendrir devant les chiens costumés.

3. Une grande rumeur court dans tous les milieux économiques : Toucher aux emplois dans l’industrie électronique va provoquer une augmentation sensible du chômage.

6. Quel est le sens des mots et expressions soulignés dans ces énoncés ? Quel est leur sens propre ?

1. Un cri déchire la nuit. Le vent est tombé et le voilier danse sur les flots.

2. Le flot ininterrompu des voitures faisait un bruit infernal.

3. Ce diable d’homme devait avoir du vif-argent dans le sang. Bien sûr, les mots les plus chaleureux surgirent au bout de ma plume à l’intention de ce bouillant converti.

4. Devant l’opposition de toute l’assistance, il a fini par baisser les bras.

7. Relevez dans ce poème les expressions au sens figuré.

Chaleur
Tout luit, tout bleuit, tout bruit,
Le jour est brûlant comme un fruit
Que le soleil fendille et cuit.
Chaque petite feuille est chaude
Et miroite dans l’air où rôde
Comme un parfum de reine-claude.
Du soleil comme de l’eau pleut
Sur tout le pays jaune et bleu
Qui grésille et oscille un peu.
Un infini plaisir de vivre
S’élance de la forêt ivre,
Des blés roses comme du cuivre.

Anna DE NOAILLES, L’Ombre des jours.

8. Employez les mots suivants dans deux phrases :
Une où ils auront leur sens propre, une où ils auront un sens figuré.
Rat – sombre – bain – légèreté – pluie.

9. Reliez les expressions à leur signification dans la colonne.

1. Être une forte tête.   a. Bouder.
2. Faire la tête.  b. Être en but aux moqueries.

3. Garder la tâte froide.  c. Sans aucun sens.
4. Servir de tête de turc.  d. Être une personne qui s’oppose.

5. Avoir la tête fêlée. e. Être un peu fou.
6. Sans queue ni tête. f. Ne pas s’affoler.

10. Continuez ce poème en employant des mots au sens figuré.

La poésie c’est quand on saigne
La poésie c’est quand on respire
La poésie c’est rouge

Louis CALAFERTE, Paraphe,
Hachette, Livre de Poche jeunesse.