apprendre une langue
apprendre une langue
BlogL'essor et le déclin (et l'essor à nouveau) de la diversité linguistique...

L’essor et le déclin (et l’essor à nouveau) de la diversité linguistique à l’Eurovision

Le samedi 13 mai, les téléspectateurs du monde entier regarderont la finale du concours Eurovision de la chanson. Ce qui n’était au départ qu’un petit concours de chant entre quelques pays s’est transformé en un grand spectacle international qui produit des tubes de premier plan et transforme les participants en stars internationales.

C’est une machine bien huilée, comme il se doit, pour coordonner un événement d’une telle ampleur. Les règles sont précises, qu’il s’agisse du nombre de personnes pouvant se produire sur scène ou de la durée maximale des chansons, et les candidats doivent s’y conformer strictement. En revanche, les règles relatives aux langues utilisées ne semblent jamais très permanentes. Au fil des ans, elles ont changé, changé à nouveau et changé encore.

Le débat sur la langue dans laquelle les candidats doivent chanter est toujours d’actualité. Alors qu’elle n’était autrefois utilisée en compétition que par le Royaume-Uni et l’Irlande, la langue anglaise a fini par dominer la scène. Les artistes choisissent d’abandonner la langue officielle de leur pays au profit d’une langue plus largement comprise pour tenter de gagner en popularité auprès des juges et des fans. Cette stratégie est-elle efficace ?

Table des matières

Une brève histoire
Les langues à l’Eurovision
Controverses et tendances linguistiques
A quoi s’attendre cette année
Conclusion

L’Eurovision : Une brève histoire

Selon le site web de l’Eurovision, « le Concours Eurovision de la chanson est né d’une expérience technique dans le domaine de la télédiffusion : la diffusion en direct, simultanée et transnationale ». Le premier Concours Eurovision de la chanson a eu lieu en 1956 avec sept pays en compétition : les Pays-Bas, la Suisse, la Belgique, l’Allemagne, la France, le Luxembourg et l’Italie.

Chaque pays a présenté deux œuvres et la Suisse a été déclarée première gagnante. Ce n’est qu’en 1958 qu’a été instauré le principe selon lequel le pays vainqueur accueille le concours de l’année suivante, une tradition qui se perpétue aujourd’hui, dans la mesure du possible.

Au cours des décennies suivantes, le concours s’est rapidement développé et le nombre de pays participants n’a cessé d’augmenter. De sept pays au départ, le concours est passé à plus de vingt dans les années 1980 et compte aujourd’hui généralement une quarantaine de pays participants. 37 pays participeront au concours de 2023.

ESC2023 Ukraine LIVERPOOL RGB Black

Au départ, il n’y avait pas de règle sur la langue dans laquelle un pays pouvait se produire et, jusqu’en 1965, tous les pays utilisaient leur langue nationale. La Suède a été le premier pays à enfreindre la norme cette année-là en concourant avec une chanson en anglais. L’année suivante, les organisateurs ont mis en place la première règle selon laquelle un pays doit concourir en utilisant l’une des langues officiellement reconnues du pays.

Cette règle a été abolie en 1973, puis rétablie en 1977. Toutefois, la Belgique et l’Allemagne ont été autorisées à concourir en anglais cette année-là, car elles avaient déjà choisi leur chanson avant l’annonce du changement de règle.

Cette fois, la règle a été maintenue pendant 22 ans, jusqu’en 1999. Lors du concours de cette année-là, 14 des 23 chansons avaient des paroles en anglais, et l’utilisation majoritaire de la langue anglaise dans le concours est restée stable depuis lors.

Les langues à l’Eurovision

La question reste de savoir si le fait de chanter en anglais peut vous donner plus de chances de gagner le concours. Jusqu’à présent, la réponse est clairement affirmative, puisque 34 chansons gagnantes (soit 46,6 %) ont été chantées en anglais. Même si l’on retire les 7 victoires de l’Irlande et les 5 victoires du Royaume-Uni (les deux pays concurrents qui ont l’anglais comme langue officielle), cela fait tout de même 22 fois qu’un pays a gagné en ne chantant pas dans sa langue officielle.

Vous trouverez ci-dessous une visualisation comparant le pourcentage d’inscriptions de chaque pays dans une langue qui n’est pas sa langue officielle par rapport au nombre de fois où le pays a gagné.

visualisation eurovision corrigee

La carte présente des schémas intéressants. Nous pouvons observer une tendance de l’ouest vers l’est. En général, les pays occidentaux concourent davantage dans leur langue nationale, tandis que les pays d’Europe centrale et orientale privilégient les langues non officielles. Toutefois, si l’on compare ce chiffre au nombre de victoires, il apparaît que les pays d’Europe occidentale ont généralement plus de victoires que les pays d’Europe orientale, ce qui suggère une corrélation favorable au fait de chanter dans sa langue maternelle.

Alors que l’élimination de la règle de la langue en 1999 a entraîné une augmentation spectaculaire du nombre de candidatures en anglais, il se pourrait que nous soyons enfin en train d’observer une crête dans cette tendance. Depuis 2018, on observe une augmentation des inscriptions dans des langues autres que l’anglais. En 2021, les trois premiers du classement ont tous chanté dans la langue officielle de leur pays, ce qui n’était pas arrivé depuis 1995. Le vainqueur de 2022, l’Ukraine, a poursuivi la tendance en chantant dans sa langue officielle, l’ukrainien.

Bien que des vainqueurs récents aient chanté dans la langue officielle de leur pays, ce n’est pas si courant. Dans le graphique, nous pouvons voir les 10 gagnants les plus récents qui ont chanté dans la langue officielle de leur pays. Le plus récent est l’Ukraine, en 2022, et le dixième est l’Irlande, en 1992, soit une différence de 30 ans.

Controverse et tendances en matière de langues

Bien que chanter dans une langue non officielle soit autorisé depuis de nombreuses années et soit devenu la norme, certaines personnes ne sont toujours pas satisfaites de cette décision. En 2008, le candidat français Sébastien Tellier a chanté la chanson « Divine » en anglais. Cela a suscité une controverse parmi les personnes chargées de protéger la langue française.

Alain Joyandet, secrétaire d’État à la coopération et à la francophonie, a déclaré : « Quand on a l’honneur d’être sélectionné pour représenter la France, on chante en français ». L’homme politique français François-Michel Gonnot a également porté plainte contre la chaîne de télévision française France-3, déclarant que « la défense de la langue française fait partie de la responsabilité de la chaîne », et a demandé à M. Tellier de chanter sa chanson de l’Eurovision en français.

Plus récemment, la candidate espagnole Ruth Lorenzo a été critiquée par la Real Academia Española, l’organisme gouvernemental chargé de réglementer la langue espagnole, pour avoir choisi de chanter « Dancing in the Rain » principalement en anglais. Ruth a répondu en disant : « L’anglais est une réalité en Espagne et j’ai voulu capturer cela dans ma chanson ». Elle a ajouté que le refrain ne pouvait être qu’en anglais.

Une autre tendance intéressante est l’inclusion d’autres types de langues dans les spectacles, comme les langues imaginaires et les langues des signes. La Belgique a été le premier pays à concourir avec une chanson en langue imaginaire en 2003. Urban Trad, le candidat belge, a remporté la deuxième place avec sa chanson « Sanomi ». La Belgique a de nouveau participé avec une chanson dans une langue imaginaire en 2008, mais avec beaucoup moins de succès. Les Pays-Bas ont également chanté dans un mélange d’anglais et de langue imaginaire en 2006, également sans grand succès.

La langue des signes a également été utilisée à plusieurs reprises. Cinq pays différents ont inclus la langue des signes dans leurs performances. Toutefois, les règles stipulent qu’une chanson doit être chantée et ne peut être purement instrumentale, de sorte qu’une chanson interprétée uniquement en langue des signes n’est techniquement pas autorisée. Toutefois, ces tendances témoignent de l’inclusion et de la popularité croissante de différentes langues.

À quoi s’attendre lors du concours de cette année ?

Le concours de cette année approche à grands pas. Comme les pays doivent choisir leur chanson à l’avance, nous savons déjà quelles seront les langues de cette année. Sur les 37 pays, 28 concourront avec une chanson entièrement en anglais ou avec des paroles en anglais dans une certaine mesure. Bien qu’il s’agisse d’une rupture par rapport à la tendance des dernières années, qui consistait à inclure plus de langues officielles et moins d’anglais, cela pourrait être dû au fait que l’anglais est la langue du pays hôte de cette année, le Royaume-Uni.

Conclusion

Bien que nous assistions cette année à une domination quasi-totale de la langue anglaise au concours Eurovision, au cœur du spectacle, il s’agit de rassembler les gens pour leur faire vivre une expérience commune. Bien qu’elle ait remporté le concours l’année dernière, l’Ukraine n’accueillera pas l’événement pour des raisons de sécurité liées à la poursuite de l’invasion russe. En revanche, elle s’est associée au Royaume-Uni, qui avait remporté la deuxième place l’année dernière, et l’émission se déroulera à Liverpool. Le slogan de cette année est « United By Music » (Unis par la musique) afin de montrer le partenariat entre le Royaume-Uni et l’Ukraine ainsi que le pouvoir de la musique pour rassembler les gens. Les demi-finales se dérouleront le mardi 9 mai et le jeudi 11 mai. Les finalistes s’affronteront le samedi 13 mai.

À découvrir