La situation d énonciation exercices, d enonciation, denonciation

1. L’énoncé et la situation d’énonciation

Je revoyais ma mère devant sa corbeille de linge à repriser. Elle examinait une chaussette et s’écriait : « Allah, que mes petits sont experts en gros trous, inchallah que tout enfant soit gardé à ses parents ! »

Mansour LABAKY, L’Enfant du Liban, Éditions du Jubilé.

1. a. Dans ce texte qui raconte ses souvenirs ? (Cliquez ici pour lire l’extrait d’où est tiré ce texte, L’Enfant du Liban )
b. Qu’est-ce qui vous a aidé(e) à répondre ?

2. Relevez les phrases qui évoquent ces souvenirs.

3. a. Qui parle dans cette phrase : « Allah… à ses parents » ?
b. À qui ?
c. Quand ?
d. où ?
e. Où avec-vous trouvé les réponses à ces questions ?
f. Cette phrase serait-elle comprise si elle était détachée du reste du texte ? pourquoi ?

a. Mise au point

Un énoncé est un message émis oralement ou par écrit.
Pour comprendre un énoncé, il faut savoir : qui parle ? à qui ? quand ? où ? C’est-à-dire qu’il faut connaître l’identité du locuteur et du destinataire ainsi que le lieu et le moment où est émis le message.
Tous ces éléments déterminent la situation de communication, dite « situation d’énonciation ».

Bien écrire – Katia Nugnes – Youtube

2. Le moment de l’énonciation

Chère maman,
Tu veux savoir ce que j’ai fait depuis que je suis arrivé en colonie de vacances. Eh bien, ce sera long à te raconter. Ce que je peux te dire c’est qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer. En ce moment, c’est l’heure de la sieste pour ceux qui le désirent. Moi, tu me connais, je n’aime pas dormir l’après-midi.

1. Identifiez les temps utilisés dans cette lettre.

2. a. Quel est le temps de référence, c’est-à-dire le temps qui renvoie au moment de l’énonciation, au moment où l’enfant répond à sa mère ?
b. Relevez les verbes qui sont employés à ce temps.

3. a. Relevez les verbes qui renvoient à un moment passé par rapport à l’énonciation. Quel est le temps de ces verbes ?
b. Relevez le verbe qui renvoie à un moment futur par rapport à l’énonciation. Quel est le temps de ce verbe ?

Lire aussi :  Les déterminants (1)

a. Mise au point

Le présent de l’indicatif est le temps de référence. Il est utilisé pour exprimer des faits qui se déroulent au moment où l’énoncé est produit, c’est-à-dire au moment de l’énonciation.
À partir du présent se positionnent les autres temps de l’indicatif : le passé composé, le passé simple, l’imparfait, le futur.

3. Exercices

a. L’énoncé et la situation d’énonciation

1. Lisez ce texte puis répondez aux questions.

Un jour, une maman demanda à sa petite fille ce qu’elle voulait être quand il serait grande.
Pour le moment, je veux juste rester petite, dit-elle.
Et pourquoi ? dit la maman. C’est agréable de devenir grand. Pourquoi veuxtu rester petite ?
Parce que c’est ce que je suis. Et quand on est petit on peut faire plein de choses qu’on ne peut pas faire quand on est grand, répondit la petite fille. […]
Je peux sauter quand je suis contente, les grandes personnes ne sautent jamais quand elles sont contentes.
C’est vrai, dit la maman. Seulement elles ont d’autres manières d’être contentes.

Charlotte ZOLOTOW, J’aime bien être fille, Castor Poche, Flammarion.

a. Pour chaque énoncé écrit en vert, précisez qui est l’émetteur et qui est le destinataire.
b. Quels personnages les pronoms personnels en gras désignent-ils ? Justifiez vos réponses.

2. Reliez chacun des énoncés suivants à sa situation d’énonciation puis indiquez les éléments (qui, à qui, quand, où) renvoyant à la situation d’énonciation.

Énoncés :
a. Vos papiers s’il vous plait !
b. Tu me rejoins au café dès la fin des cours.
c. Je ferai tout pour que les salaires augmentent.
d. Bonsoir, comme je suis contente que vous ayez pu venir à ma fête !
e. Une baguette, s’il vous plaît.

Situations d’énonciation :
1. À la boulangerie, un client.
2. Sur l’autoroute, un policier contrôle les voitures.
3. Un candidat aux élections pendant sa campagne électorale.
4. Un étudiant, à la fac.
5. Une dame le jour de son anniversaire.

Lire aussi :  Les constructions du verbe

3. Pour chacun de ces énoncés, écrivez une phrase qui précisera : qui parle, à qui ; quand et où.

1. Voulez-vous un café ou un thé ?
2. Quel horrible carnet ! Pendant trois jours tu seras privé de télévision.
3. Mais qu’est-ce qui t’arrive ? Pourquoi es-tu si pâle ?
4. Demain nous irons visiter le musée.

b. LA SITUATION D’ÉNONCIATION 

4. À partir des situations d’énonciation suivantes écrivez de courts textes comprenant plusieurs énoncés.

Qui parle Ou écrit À quiQuand
Le directeurAux élèves d’une classeEn classeQuand il rend les carnets
Une mèreÀ son enfantDans un magasinPendant ses achats
Un magicienAux spectateursDans une salle de théâtreAvant sa prestation
Aimée Blanc – Youtube

c. Le moment de l’énonciation

5. Pour les énoncés suivants, précisez les éléments de la situation d’énonciation et indiquez les temps employés. Quel est le temps de référence ?

1. S’il vous plaît, les élèves, du calme sinon je ne vous rendrai les copies qu’à la fin du cours de français. D’ailleurs je crois que c’est ce que je vais faire pour vous garder tranquilles.
2. Chers auditeurs, le journal que je présente comme chaque matin est particulièrement important aujourd’hui. Il est marqué par le début des hostilités dans notre région.
3. Les Aldudes, le 4 août 2003
  Mon cher fils,
Nous sommes revenus chez nous hier après-midi. Notre voyage s’est bien passé. Nous avons pu régler tous nos problèmes. Nous viendrons, comme promis, te chercher ce week-end. J’espère que tu n’as pas trop fatigué ta grand-mère. Tu seras donc de retour pour les fêtes du village comme tu le souhaitais. Ici, tout est calme. Ta tante va mieux.
Sois sage. À bientôt. Ton père t’embrasse. Ta maman qui t’aime.

6. Mettez les verbes entre parenthèses aux temps qui conviennent. Il s’agit d’un journal tenu par une jeune fille. Charlotte.

Lire aussi :  Le groupe verbal

Samedi, 3 février, 19 heures
Je (priver) de télévision … Après ce qui (se passer) aujourd’hui, c’est un peu normal. Ce matin ; quand nous (se préparer) vers dix heures, Pastille (commencer) à gémir. Cela m’(faire) de la peine. Alors, j’(avoir) une idée. Pendant que papa (descendre) faire démarrer la voiture, j’(mettre) Pastille dans mon sac à dos avant de le rejoindre. Pastille n’(aboyer) jamais, heureusement.
Pour aller à l’hypermarché, le trajet (être) court. Environ quinze minutes. On (trouver) une place sur le parking près d’une entrée où (se trouver) les chariots. C’(être) très pratique. Papa m’(donner) une pièce et m’(donner) une pièce et m’(dire) de laisser mon sac dans la voiture. J’(faire semblant) de ne rien entendre et j’(courir) chercher caddie.

Catherine HARGNIES, Inédit, C. David

7. Complétez cette lettre en mettant les verbes aux temps qui conviennent. Ils vous sont donnés dans le bon ordre :

Espérer – faire – prendre – pleuvoir – pleuvoir – être – être – assurer – imaginer – savoir – vouloir – dire -garder – entrer – dire – dire – dormir – dire – s’occuper – dire – pouvoir – acheter.

Lettre à sa mère

16 août 1912
Oxford, Mississipi

Belle dame,
J’ que tu bon voyage, et que tu de bonnes photos avec mon appareil. Hier et toute la nuit, il très fort et il encore.
Tout le monde gentil avec nous, et grand-père vraiment formidable, je t’  . J’ qu’il que Tantine lire nos lettres, alors il nous , à Jack et à moi, de passer à la banque où il plein d’enveloppes et du papier. Ce matin, au petit déjeuner, quand Jack , grand-papa lui  : « Voilà mon p’tit bonhomme en beurre de cacahuètes », et à moi il  : « Tu bien la nuit dernière Bill ? »
à papa que nous bien du bétail et – lui que si Mr Drew Roane ne pas me trouver une lampe grand-père m’ une Beal. […]
Affectueusement
Ton fils Billie

William FAULKNER, Lettres à sa mère, Gallimard.

8. Imaginez puis écrivez la réponse de la mère à son fils.

Lire aussi :

error: Content is protected !!