La mer va-t-elle manquer de poissons ?

L’énorme marée noire 1 du Prestige sur les côtes de Galice en Espagne, le naufrage du Tricolor et ses 2 862 voitures au large de Dunkerque 2, la levée de boucliers 3 des pêcheurs européens contre le plan Fischler visant à la protection des ressources pour la période 2003-2013 … la mer est-elle en danger ?
Partout dans le monde, les ressources halieutiques 4 s’épuisent. Estimées à 5 millions de tonnes par un an à la fin du XIXsiècle, les prises ont atteint 86 millions de tonnes à la fin des années 1980. Depuis, elles déclinent, non en raison d’une réduction de l’effort de pêche, mais parce que la quantité globale de poissons diminue régulièrement.
L’apparition des chalutiers industriels 5 dans les années 1950 a renforcé les moyens mis en œuvre pour pêcher : ces usines flottantes peuvent extraire 100 tonnes à l’heure et les congeler sur place. Toutes les populations marines sont concernées, jusqu’à 3 000 mètres de profondeur.

CABILLAUD, LOTTE, MERLU … EN PÉRIL
Parmi les 2 500 espèces pêchées, certaines sont particulièrement menacées comme le cabillaud, la lotte, le merlu, les langoustines et les mérous. Si les scientifiques sont d’accord sur ce constat, celui-ci entraîne la colère des pêcheurs qui n’acceptent pas de réduire leurs prises, comme le prévoit le plan Fischler.
En fait, l’excès de pêche n’est pas le seul facteur responsable de la disparition des poissons. La pollution des mers et les marées noires y contribuent, ainsi que les lourds aménagements portuaires et les créations de marinas 6 qui modifient le littoral et détruisent les lieux de ponte 7, surtout dans les estuaires et au bord des côtes.
La quasi-disparition de la morue de Terre-Neuve 8 illustre les catastrophes à venir si l’on ne parvient pas à prendre à temps des mesures de protection satisfaisantes. En 1992, le gouvernement canadien interdisait la pêche à la morue dans les eaux de l’Atlantique nord, mettant du coup 40 000 personnes au chômage. La montée en flèche du prix du poissons avait entraîné un effort de pêche exceptionnel et des prises toujours plus grandes. Dix ans après l’interdiction, les jeunes morues sont toujours aussi rares sur les anciennes zones de pêche.

AGIR AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD
Ceci montre la difficulté de protéger une espèce quand on continue à pêcher ses proies. Aussi exige-t-on désormais de créer des réserves en interdisant complètement la pêche dans de vastes zones afin de permettre à l’ensemble de l’écosystème 9 de se régénérer 10. Mais l’effort en ce sens reste embryonnaire : on dénombre à peine une centaine de sites aux Caraïbes, en Floride, en Nouvelle-Zélande, dont aucun ne représente plus de quelques dizaines de kilomètres carrés. Un effort insuffisant quand on mesure l’ampleur du problème.

Jean -Marie PELT, Santé magazine,
N° 326, février 2003.

1. l’arrivée sur une côte de nappes de pétrole provenant d’un navire accidenté.
2. un port situé au nord de la France.
3. la manifestation d’oppositions, de refus.
4. les ressources de la pêche.
5. des bateaux équipés pour la pêche et la congélation de grandes quantités de poissons.
6. des bâtiments touristiques construits en bord de mer.
7. les endroits où les poissons viennent pondre leurs œufs.
8. une grande île d’Amérique, l’une des provinces du Canada.
9. un ensemble constitué par des êtres vivants et le milieu dans lequel ils vivent.
10. se renouveler.

1. D’ENTRÉE DE JEU

1. Précisez le type de phrase employé dans le titre.

2. Quel est le problème posé dans le titre ?

3. Quelle réponse donneriez-vous à la question posée dans le titre ?

2. AU CŒUR DU TEXTE

1. a. Retrouvez dans le texte la question qui formule autrement celle posée dans le titre.
b. D’où viennent les dangers qui menacent la mer ?

2. a. Quelle est la réponse donnée à la question ?
b. Précisez le type de phrase et la valeur du temps verbal employés dans la réponse.

3. Énumérez les causes de la disparition des poissons.

4. a. Pourquoi le gouvernement canadien interdit-il la pêche à la morue en 1992 ?
b. Quelles conséquence cette interdiction entraîne-t-elle ?

5. a. Quelle solution peut aider à protéger les poissons ?
b. Pourquoi cette solution n’est-elle pas suffisante aujourd’hui ?

6. a. Relevez les mots de liaison (articulateurs logiques) puis expliquez leur valeur et leur rôle.
b. Quels mots signalent la présence de l’énonciateur (émetteur) et laissent transparaître son opinion) ?

3. PARTIE D’ÉCRITURE

L’auteur de l’article présente les causes qui contribuent à la disparition des poissons.

En fait, l’excès de pêche n’est pas le seul facteur responsable de la disparition des poissons. La pollution des mers et les marées noires y contribuent, ainsi que les lourds aménagements portuaires et les créations de marinas qui modifient le littoral et détruisent les lieux de ponte, surtout dans les estuaires et au bord des côtes.

Sur le même modèle, présentez, dans des paragraphes de quatre lignes environ, deux ou trois des causes qui détruisent le littoral libanais.