La construction et la forme des verbes

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu’éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle.

Paul VERLAINE, Poème saturniens, « Melancholia ».

Relevez tous les verbes conjugués.
1. Quels sont ceux qui ont un complément d’objet (CO) ?
2. Quels sont ceux qui n’ont pas de CO ?
3. Quels sont ceux qui sont à une forme simple ?
4. Quels sont ceux qui sont à une forme composée ?

1. Mise au point

On peut classer les verbes selon leur construction. On distingue :
Les verbes transitifs. Ce sont ceux qui admettent :
– un COD. Ils sont alors dits transitifs directs. Ex. Elle a poussé la porte.
– un COI. Ils sont alors dits transitifs indirects. Ex. Elle lui a souri.
– un COD + un COI. Les verbes sont alors dits transitifs doubles. Ex. Elle lui a offert un café.
Les verbes intransitifs. Ils n’admettent pas de complément d’objet. Ex. Elle bâille.
Certains verbes peuvent changer de catégorie ; ils ont alors un sens différent.
Ex. Votre voix porte (« porter » est intransitif). Ils portent des paquets (« porter » est transitif).
Les verbes conjugués peuvent avoir une forme simple ou composée.
Les temps composés se forment avec les auxiliaires être ou avoir.
L’indicatif se compose de quatre temps simples et quatre temps composés.
Ex. Je pousseje poussaisje poussaije pousserai
J’ai pousséj’avais pousséj’eus pousséj’aurai poussé

2. EXERCICES

1. Classez les verbes suivants en deux groupes selon qu’ils sont transitifs ou intransitifs.

Lire aussi :  Valeur participe présent et passé, participe passé épithète

Pousser – donner – vrombir – parler – venir – annoncer – demander – rester – entrer – comparer – démonter.

2. Classez les verbes suivants en deux groupes selon qu’ils sont transitifs directs ou indirects.

Coudre – sauver – consentir – participer – conduire – penser – réfléchir – obéir – connaître – se plaindre – avaler – vouloir.

3. Écrivez des phrases avec chacun des verbes de l’exercice 2 et précisez la nature des compléments.

4. Lisez le texte suivant et classez les verbes selon leur construction.

Pas de petites bêtes, dans ces grands bois, ni de hautes herbes, un sol battu, tour à tour sec, sonore, ou mou à cause des ources ; des lapins à derrières blancs les traversent ; des chevreuils peureux dont on ne fait que deviner le passage, tant ils courent vite ; de grands faisans lourds, rouges, dorés, des sangliers (je n’en ai pas vu) ; des loups – j’en ai entendu un, au commencement de l’hiver, pendant que je ramassais des fraises, ces bonnes petites fraises huileuses qui grattent la gorge et font tousser. Quelquefois des pluies d’orage vous surprennent dans ces grands bois-là ; on se blottit sous un chêne plus épais que les autres, et, sans rien dire, on écoute la pluie crépiter là-haut comme sur un toit, bien à l’abri, pour ne sortir de ces profondeurs que tout éblouie et dépaysée, mal à l’aise au grand jour.

COLETTE, Claudine à l’école, Albin Michel.

5. Dans ce texte, relevez les verbes et classez-les :

a. Entre verbes simples et verbes composés en précisant leur temps et leur valeur ;
b. Entre verbes transitifs ou transitifs en précisant la nature du complément.

Lire aussi :  L’infinitif

Quand nous avons emménagé en Floride, dans notre nouvelle maison, il me tardait d’explorer les environs. Derrière la maison s’étalait une vaste pelouse au-delà de laquelle on apercevait le marécage. Le premier jour, je m’étais planté au fond du jardin, armé des jumelles que Papa m’avait offertes pour mon douzième anniversaire, afin d’observer le paysage.
J’apercevais au loin des bosquets de palmiers, et des arbres aux minces troncs blancs gracieusement penchés les uns sur les autres. Leurs grandes branches feuillues formaient comme une toiture qui projetait de l’ombre sur le sol. Derrière moi, les cerfs allaient et venaient, mal à l’aise, dans leur enclos grillagé. Je les entendais piétiner le sol sablonneux, et frotter leurs andouillers contre le grillage.

Robert Laurence STINE, Le Loup-Garou des marécages,
traduit de l’américain par Jean-Baptiste MÉDINA,
coll. « Chair de poule », Bayard Poche.

6. Que veut dire le verbe « tenir » dans les phrases suivantes ?

1. Le moteur de ma vieille Renault tient encore.
2. J’ai tenu un emploi de lingère pendant deux ans.
3. Tiens bien la corde.
4. Je tiens à ma collection de timbres.
5. Je tiens de mon père, qui a des yeux verts.
6. Je tiens la nouvelle de mon voisin.
7. Je tiens cette maison de ma grand-mère.
8. Les gendarmes tiennent le meurtrier.

7. Écrivez des phrases avec :

monter + un COD.
monter (intransitif).
passer + un COD.
passer + un COD et un COI.
défendre + un COD et un COS.
apprendre + un COD.
apprendre + un COD + un COI.

Lire aussi :  Le conditionnel

8. Réécrivez ce texte en mettant le premier verbe au passé composé, puis changez les autres temps.

Maman ouvrit la fenêtre sur le jardin. Il n’y avait plus de jardin. Quelqu’un l’avait changé pendant la nuit en un extraordinaire pays sans allées, lisse et beau comme une nappe blanche où personne n’avait marché.
Il était plein d’oiseaux noirs et gris […].

Marie Noël, Petit Jour, Stock

Lire aussi :

error: Content is protected !!