apprendre une langue
apprendre une langue
BlogLe genre dans la langue : Un regard sur la neutralité et...

Le genre dans la langue : Un regard sur la neutralité et l’inclusivité du genre dans le monde entier

Avez-vous déjà entendu parler des mots « ze », « hir » ou « xey » ? Ou peut-être le mot « elle » si vous parlez espagnol ? Il est possible que vous ne le sachiez pas, car ces mots ne figurent dans aucun dictionnaire standard. Mais pour certaines personnes, ces mots comptent parmi les plus importants. Ils les utilisent pour s’identifier d’une manière qui correspond à leur identité de genre.

Le langage neutre et le langage inclusif ont fait l’objet d’une attention croissante ces derniers temps parce qu’ils promeuvent la neutralité ou la fluidité du genre, même dans les langues qui sont généralement très rigides dans leurs désignations masculines/féminines. Bien que l’anglais soit une langue relativement neutre par rapport à d’autres, nous pouvons encore voir des exemples où une personne doit être désignée par un genre spécifique afin de faire passer le message. Si cela peut sembler anodin pour certains, c’est extrêmement important pour d’autres.

Table des matières

Qu’est-ce qu’un langage non sexiste ?
Classification des langues en fonction de leur utilisation du genre
Déchiffrer le genre dans les langues non sexuées
Une pression en faveur de la neutralité de genre dans les langues genrées
Opinion populaire et acceptation
Pourquoi le langage non sexiste est-il important ?

Qu’est-ce que le langage non sexiste ?

Les lignes directrices pour l’utilisation d’un langage non sexiste au Parlement européen le définissent très bien : « Le langage non sexiste est un terme générique qui recouvre l’utilisation d’un langage non sexiste, d’un langage inclusif ou d’un langage équitable du point de vue du genre. L’objectif d’un langage non sexiste est d’éviter les choix de mots qui peuvent être interprétés comme biaisés, discriminatoires ou humiliants en impliquant qu’un sexe ou un genre social est la norme. L’utilisation d’un langage équitable et inclusif permet également de réduire les stéréotypes liés au genre, de promouvoir le changement social et de contribuer à la réalisation de l’égalité entre les hommes et les femmes ».

Le langage neutre est bien plus qu’un simple moyen d’éviter la distinction spécifique homme/femme. Il permet de lutter contre la discrimination et de promouvoir l’égalité en changeant simplement quelques mots ou phrases. Il existe de nombreuses statistiques préoccupantes liées à l’inégalité entre les sexes, telles que la stagnation de l’écart salarial entre les hommes et les femmes ou l’augmentation de la violence anti-LGBTQ+. Mais l’utilisation d’un langage plus neutre peut-elle réellement contribuer à les améliorer ?

Classification des langues en fonction de leur utilisation du genre

Pour explorer cette question, nous avons d’abord examiné la manière dont les langues du monde entier abordent la question du genre. Toutes les langues font une certaine distinction entre les genres, mais le degré d’intégration de cette distinction dans la langue varie. Il existe trois grandes catégories : les langues sans genre, les langues avec genre et les langues naturelles.

Les langues genrées se distinguent par le fait que les noms ont toujours un genre masculin ou féminin (et parfois plus dans d’autres langues, comme le genre neutre en allemand). Par conséquent, les adjectifs et les pronoms doivent avoir le même genre que le nom qu’ils décrivent.

Quelques langues, comme l’anglais, sont considérées comme des langues naturelles parce que tous les noms n’ont pas de genre spécifique, mais il existe des noms et des pronoms qui indiquent effectivement un genre.

Enfin, les langues sans genre n’ont pas de différences de genre grammatical dans le système des noms. Le turc, le persan et le chinois mandarin sont des exemples de langues sans genre.

L’infographie ci-dessous montre comment les 20 langues les plus parlées sont réparties entre ces groupes.

Comparaison de 20 des langues les plus parlées

selon la classification par sexe et le nombre de locuteurs natifs

Comparaison des langues les plus parlees

Déchiffrer le genre dans les langues non sexuées

Le débat sur les langues non sexistes fait son apparition dans le monde entier. Bien qu’il s’agisse d’un sujet brûlant, le concept n’est pas nécessairement nouveau. En fait, comme vous l’avez vu dans la visualisation ci-dessus, il existe de nombreuses langues largement répandues qui n’utilisent pas toujours le genre.

Comment ces langues abordent-elles la question du genre ? Jetons un coup d’œil.

Le chinois mandarin

Le chinois mandarin est considéré comme une langue sans genre. Les noms, en général, n’ont pas de genre inhérent. Ils peuvent être composés avec un morphème masculin ou féminin pour en spécifier un, bien que cela ne soit pas toujours nécessaire.

Les pronoms de la troisième personne ne sont pas non plus spécifiés à l’oral. Les pronoms 他 (« il ») et 她 (« elle »), bien qu’écrits différemment, se prononcent de la même manière à l’oral. Plutôt que d’avoir à indiquer explicitement si une personne est de sexe masculin ou féminin, les gens évaluent le sexe de la personne en fonction du contexte. Il est intéressant de noter que la forme écrite de 她 (« elle ») n’a été introduite qu’au début des années 1900, probablement sous l’influence de l’Occident. Auparavant, 他 (« il ») était utilisé pour signifier « personne » et englobait tous les genres.

Le swahili

Le swahili est une langue bantoue qui ne fait pratiquement aucune distinction entre les genres dans les noms. Certains mots spécifiques font référence aux relations familiales, par exemple mama (« mère ») et baba (« père »). La plupart des autres noms, tels que les professions, ont tendance à utiliser le même mot, quel que soit le sexe. Par exemple, mwigizaji désigne à la fois un acteur et une actrice.

À l’instar du chinois mandarin, le swahili utilise des pronoms neutres. Ils utilisent mimi pour « moi », wewe pour « toi », et yeye signifie à la fois « il/elle » et « elle/il », mais il n’y a pas de distinction entre le masculin et le féminin. Il n’y a pas non plus de distinction de genre dans la grammaire, de sorte que la phrase Amefurahi peut signifier « Il est heureux » et « Elle est heureuse ».

L’indonésien

L’indonésien est une autre langue où le genre peut être quelque peu ambigu. En indonésien, le pronom de la troisième personne du singulier dia est utilisé pour désigner une personne, quel que soit son sexe. Par exemple, « Dia sedang pergi menemani ibunya berbelanja di pasar » signifie « Il/elle va faire des courses au marché avec sa mère ».

Lorsqu’ils parlent de deux personnes ou plus, les Indonésiens utilisent le pronom de la troisième personne du pluriel mereka. Comme dia, mereka ne distingue pas si le groupe de personnes est masculin, féminin ou mixte. Par exemple, « Mereka bermain sepakbola di halaman belakang rumah » signifie « Ils (quel que soit leur sexe) jouent au football dans l’arrière-cour ».

Une pression en faveur de la neutralité des genres dans les langues genrées

Dans certaines langues, comme les langues romanes telles que l’espagnol, le français et le portugais, chaque nom a un genre et tous les adjectifs ou adverbes correspondants doivent prendre ce genre. En espagnol, par exemple, la mesa (« la table ») est un nom féminin tandis que el escritorio (« le bureau ») est masculin. Il s’agit d’un élément essentiel de la langue, qui pose problème à de nombreux apprenants.

Et si les partisans d’un langage non sexiste n’essaient pas nécessairement de lutter contre le sexisme des objets inanimés, le même concept grammatical s’applique aux personnes : chacun doit avoir un sexe assigné afin d’utiliser les noms, adjectifs et adverbes appropriés.

Cependant, malgré des règles de grammaire strictes, il existe des moyens par lesquels les sociétés modifient lentement le langage sexué lorsqu’il s’agit de se référer à des personnes. Voici quelques exemples de la manière dont certaines langues s’adaptent pour devenir plus neutres.

L’espagnol

En espagnol, la terminaison « -o » se réfère généralement à quelque chose de masculin, et la terminaison « -a » à quelque chose de féminin. Ces terminaisons commencent à être remplacées par le suffixe « -e », qui n’a pas de genre assigné. Par exemple, au lieu de dire el ou ella (« il » ou « elle »), vous pouvez utiliser le néoprononyme elle. Ou encore, au lieu de todos/todas (« tout le monde »), vous pouvez utiliser todes.

Il existe d’autres exemples, généralement utilisés à l’écrit. Certaines personnes préfèrent utiliser un « -x » lorsqu’elles terminent un mot, comme c’est le cas pour le mot Latinx. Mais il est également courant de voir le caractère « @ » sur les médias sociaux, car il combine visuellement le « -o » et le « -a ». Par exemple, les mots amig@s et chic@s incluent les deux sexes.

Le suédois

La langue suédoise utilise le pronom masculin han et le pronom féminin hon. Récemment, elle a introduit le pronom neutre hen. Il peut être utilisé lorsque le sexe est inconnu, qu’il n’est pas important ou que la personne choisit de s’y identifier. Le mot a même été ajouté au dictionnaire officiel de la Suède en 2015. Sven-Goran Malmgren, l’un des rédacteurs du dictionnaire, a déclaré : « C’est un mot qui est utilisé et qui remplit sans aucun doute une fonction. »

L’arabe

La langue arabe ajoute un autre niveau de difficulté car, en plus de chaque nom et de chaque adjectif, les verbes sont également classés au masculin ou au féminin. Comme en français ou en espagnol, la forme masculine est utilisée pour les pluriels, y compris les groupes exclusivement masculins et les groupes mixtes. Le pluriel féminin n’est utilisé que pour désigner un groupe exclusivement féminin. L’adoption d’un arabe normalisé et non sexiste est difficile en raison de la diversité des dialectes existants.

L’arabe standard moderne, qui est principalement un dialecte écrit et non parlé, possède un doublet de huma هما (« ils ») et intuma انتما (« vous ») qui sont neutres du point de vue du genre. Toutefois, cette forme n’est pas utilisée dans de nombreux autres dialectes arabes et peut être considérée comme archaïque. Pour rendre la langue plus inclusive, certaines personnes alternent les verbes, pronoms et adjectifs masculins et féminins dans la même phrase. Une autre méthode consiste à s’adresser à tout le monde en utilisant la forme féminine, alors que la forme masculine est généralement utilisée par défaut.

Selon Nassawiyat, une organisation de défense des droits de l’homme LGBTQI+ basée au Maroc, dans le nord du Maroc, le pronom ntina نتینا est utilisé pour les personnes non binaires, et au Liban, les gens utilisent le pronom neutre ent au lieu du pronom masculin enta ou du pronom féminin ente. Malgré ces exemples, Nassawiyat a également ajouté que « la normalisation de l’utilisation des pronoms doubles et pluriels pour les personnes non binaires n’a pas encore été réalisée dans les pays arabophones ».

L’allemand

Parmi les apprenants de langues, l’allemand est réputé pour ses règles difficiles concernant les trois genres grammaticaux : masculin, féminin et neutre. La forme neutre étant rarement utilisée pour désigner des personnes, il est presque toujours nécessaire d’attribuer un genre. Outre l’utilisation de néoprononymes tels que xier pour résoudre ce problème, les Allemands ont trouvé une façon intéressante d’aborder la question de l’attribution d’un genre aux noms.

L’une d’entre elles consiste à ajouter un « I » majuscule au milieu du mot. Par exemple, le mot « lecteur » en allemand, leser (homme) et leserin (femme) serait leserln. Une autre façon de procéder consiste à utiliser le Gendersternchen (étoile de genre), que nous allons examiner pour le mot « étudiant ». Student (masculin)/Studentin (féminin) peut s’écrire student*in ou student_in. Mais dans ces cas, il est plus courant d’utiliser la forme neutre studierende, qui signifie « ceux qui étudient ».

Dans les cas où il n’existe pas de forme neutre du nom, l’Institut Goethe recommande d’être créatif et de changer des mots comme teilnehmer (masculin)/teilnehmerin (féminin) (« participant ») en die teilnehmende Person (« la personne participante »).

Opinion populaire et acceptation officielle

Le langage neutre étant un mouvement social récent, il n’existe pas beaucoup de données officielles concernant le soutien ou le rejet du public. Ce qui est clair, c’est qu’il s’agit d’un sujet très controversé, soutenu par certains et rejeté par d’autres. Voici quelques exemples d’entités officielles montrant comment la société accepte et/ou rejette le langage neutre en termes de genre

Soutien et rejet de la part des régulateurs linguistiques

En 2019, le dictionnaire Merriam-Webster a ajouté l’utilisation singulière du pronom « they » au dictionnaire. Ils ont affirmé qu’il répondait à leurs trois critères d’inclusion : utilisation significative, utilisation soutenue et utilisation généralisée. Il précise que « le pronom non binaire they a une signification claire ; on le trouve dans les textes publiés, dans les transcriptions et dans le discours général ; et son utilisation n’a cessé de croître au cours des dernières décennies ». Le dictionnaire a également désigné le mot « they » comme leur mot de l’année 2019 parce que les recherches pour ce terme ont augmenté de 313% par rapport à l’année précédente.

En 2017, l’Académie française, la prestigieuse autorité de la langue française, a opposé un refus catégorique à l’utilisation du langage inclusif dans l’écriture. Les partisans ont tenté d’inclure l’utilisation d’un point médian dans des mots tels que « amis ». Au lieu d’utiliser par défaut le pluriel masculin « amis » (contre le pluriel féminin « amies »), le mot s’écrirait désormais « ami-e-s ». Malgré leurs efforts, l’Académie française a clairement exprimé son refus en déclarant : « Face à l’aberration de l' »écriture inclusive », la langue française se trouve en danger de mort », ce qui ne laisse planer aucun doute sur le fait que l’écriture inclusive ne sera pas adoptée de sitôt par l’Académie.

De même, l’Académie royale espagnole a pris une position ferme à l’encontre de l’écriture inclusive en espagnol. Elle a rejeté toutes les formes d’inclusion, y compris l’utilisation de -e, -x et -@. L’Académie a déclaré que ce type de langage est « artificiel et inutile », arguant que le pluriel masculin par défaut englobe tous les genres.

Acceptation à plus petite échelle

Même si l’utilisation d’un langage inclusif est repoussée par certains organismes de gouvernance linguistique, de nombreuses personnes et organisations indépendantes s’orientent vers son utilisation. L’American Psychological Association a officiellement adopté l’utilisation du singulier « ils », ce qui signifie que l’utilisation de ce terme dans tous les écrits conformes aux directives de style de l’APA constitue désormais une bonne pratique.

En 2019, Hanovre est devenue la première ville d’Allemagne à rendre obligatoire l’utilisation de termes neutres dans toutes les communications officielles. Par exemple, au lieu de désigner un électeur masculin comme wähler et une électrice comme wählerin, le terme correct est wählende (« personne votante »). Mais avant cela, d’autres institutions allemandes, telles que le ministère fédéral de la justice, avaient déjà imposé l’utilisation de termes neutres dans leurs documents officiels.

Pourquoi le langage non sexiste est-il important ?

Les bâtons et les pierres peuvent me briser les os, mais les mots ne peuvent jamais me blesser.

Tous ceux qui ont été victimes de brimades dans la cour de récréation lorsqu’ils étaient enfants savent que cette affirmation est tout simplement fausse. Les mots ont beaucoup de pouvoir et des différences subtiles peuvent affecter le sens et le ton d’un message.

Le langage est un facteur important qui façonne la façon dont nous percevons les situations. L’utilisation d’un langage neutre est une tentative de se débarrasser de certains des préjugés inhérents au langage et de tendre vers l’égalité. En ne faisant pas référence à un sexe spécifique, tout le monde est sur un pied d’égalité.

Une autre raison pour laquelle ce langage est important est qu’il est inclusif pour les personnes qui ne s’identifient pas comme hommes ou femmes. À mesure que le genre devient plus fluide, le langage s’adapte à la situation.

En utilisant les pronoms préférés d’une personne, vous montrez que vous la comprenez et que vous êtes prêt à accepter la façon dont elle se perçoit. Même si vous ne comprenez pas nécessairement pourquoi quelqu’un voudrait se désigner autrement que par « il » ou « elle », en fin de compte, un effort minimal pour être conscient de ses préférences témoigne d’un respect et d’une décence élémentaires.

Alors que de plus en plus de sociétés et de cultures prônent l’adoption d’un langage non sexiste, c’est le moment idéal pour réfléchir à la manière dont notre utilisation de certains mots affecte le sens que nous transmettons. Il est important de noter que le langage non sexiste est encore un concept très nouveau et qu’il n’a été largement adopté dans aucune langue ou culture. Mais son utilisation ne cesse de croître avec le temps et nous continuerons à la voir se développer à mesure que la sensibilisation à cette question augmentera.

À découvrir