apprendre une langue
apprendre une langue
Apprendre une langueBlogComment devenir interprète : Un guide pratique en 5 étapes

Comment devenir interprète : Un guide pratique en 5 étapes

Vous rêvez d’être interprète ?

Vos aspirations ne doivent pas rester dans votre tête !

Aujourd’hui, je vous propose un guide fondamental en cinq étapes pour devenir interprète.

Mais avant d’ouvrir le guide et d’aller de l’avant pour faire de vos rêves une réalité, remettons les pendules à l’heure en ce qui concerne l’intitulé du poste.

Comment devenir interprète

Traducteur ou interprète : Quelle est la différence ?

Les termes « traducteur » et « interprète » sont souvent utilisés de manière interchangeable, en particulier dans les films et les séries télévisées.

Si vous voulez vous asseoir à un bureau avec des dictionnaires et d’autres ouvrages linguistiques et créer soigneusement un document qui reproduit le sens de l’original, mais dans une langue différente, alors le métier de traducteur vous conviendra peut-être.

Si vous préférez être au cœur de la conversation, en aidant des locuteurs de langues différentes à se comprendre en temps réel, vous pouvez devenir interprète.

Futurs interprètes, lisez la suite !

Comment devenir interprète : Un guide pratique en 5 étapes

Étape 1 : Commencer par les bases

La première étape de votre parcours est l’auto-évaluation. Elle vous aidera à déterminer si vous avez les « bons atouts » pour devenir un interprète professionnel. Voyons ce qu’il en est.

Aptitudes linguistiques

Il est probable que, si l’on dispose de suffisamment de temps et de méthodes d’apprentissage créatives, presque tout le monde peut apprendre une deuxième langue, même si c’est plus difficile pour certaines personnes que pour d’autres.

Cela dit, il y a une différence entre apprendre l’italien suffisamment bien pour commander une pizza à Rome et avoir les compétences professionnelles nécessaires pour servir d’interprète au Presidente del Consiglio dei Ministri (le Premier ministre italien).

Certaines personnes semblent avoir des aptitudes naturelles pour l’apprentissage des langues, ce qui fait de la carrière d’interprète un choix plus réaliste.

Comme les musiciens, les interprètes ont besoin d’une bonne oreille. L’assimilation des règles de grammaire ou la mémorisation savante du vocabulaire ne vous aideront pas à réussir en tant qu’interprète professionnel si vous ne pouvez pas comprendre les locuteurs natifs lorsqu’ils parlent à la vitesse d’une conversation… ou si vous avez du mal à maîtriser l’accent natif.

Si vous aimez sincèrement l’idée de devenir interprète mais que vous doutez de vos compétences, ne vous découragez pas ! Si certaines personnes ont un don naturel pour apprendre et comprendre les langues parlées, d’autres ont simplement besoin de travailler un peu plus dur et de s’exercer davantage.

Dévouement à l’apprentissage des langues

À moins d’avoir grandi en étant bilingue, atteindre un niveau professionnel en tant qu’interprète n’est pas une tâche pour les âmes sensibles.

Bien qu’il existe de nombreux moyens créatifs de s’aider à apprendre une langue, comme les jeux vidéo ou l’écriture et la traduction d’histoires pour enfants, il s’agit toujours d’un engagement à long terme.

Pour interpréter professionnellement, vous devez apprendre vos langues à un niveau supérieur à celui d’un amateur. Vous devez rester motivé pour faire des efforts, car il faut parfois des mois pour maîtriser les bases d’une langue.

Et même lorsque vous maîtriserez officiellement la langue, vous n’aurez pas fini de l’apprendre.

Se consacrer à l’étude continue

Vous ne pensez probablement pas à vous tenir au courant de l’évolution de votre langue maternelle. Bien sûr, il vous arrive d’entendre une expression inconnue et de vous dire : « Wow, c’est nouveau ! ». Et si, comme moi, vous êtes un mordu des mots, vous la chercherez peut-être dans Urban Dictionary pour vous assurer que vous en avez saisi toutes les nuances.

Urban Dictionary

L’apprentissage d’une langue ne se fait pas en une seule fois, ni en un clin d’œil. Mais si vous ne vivez pas et ne travaillez pas dans un pays où votre deuxième langue est utilisée la plupart du temps, vous devrez faire encore plus d’efforts pour la maîtriser.

Votre carrière d’interprète dépend de l’actualité de votre vocabulaire et de vos références culturelles.

Interprétations culturelles

Une langue, ce n’est pas seulement du vocabulaire et de la grammaire ; il faut aussi comprendre les gens qui la parlent.

Pour ce faire, vous devez apprendre la langue dans son contexte culturel en constante évolution.

Les magazines, les journaux et les livres sont un excellent moyen de se plonger dans la langue, mais la presse écrite n’est pas aussi efficace pour affiner vos compétences en matière d’écoute. Bien sûr, les livres audio sont une exception.

Les films, les émissions de télévision et les vidéos constituent un moyen extrêmement pratique de comprendre non seulement la langue, mais aussi les personnes qui la parlent. Grâce aux médias de pointe du monde entier, vous pouvez voyager virtuellement n’importe où et apprendre à parler comme les gens du pays.

Désintéressement professionnel

Les interprètes performants ne peuvent pas faire d’éditorialisation.

Quelle que soit la force de vos opinions ou de vos sentiments sur un sujet donné, vous devez vous résigner à n’exprimer que ce que dit l’orateur.

L’interprétation doit être centrée sur l’orateur et non sur l’interprète.

En tant qu’interprète, vous pouvez apprendre beaucoup de choses en étant une « mouche sur le mur » à travers laquelle circule toute la conversation. Cependant, vous devez taire vos propres pensées et vous contenter d’être la voix des autres.

Même si vous n’êtes pas du tout d’accord avec ce qui est dit, votre travail consiste à le restituer fidèlement, sans commentaire.

Et il ne s’agit pas seulement des mots que vous prononcez : vous devez faire preuve de la plus grande fermeté, afin de ne pas altérer le sens des propos de l’orateur.

Il va sans dire que les conversations que vous interprétez, aussi croustillantes ou fascinantes soient-elles, sont confidentielles.

Étape 2 : Décider du type d’interprète que vous souhaitez devenir

Les interprètes peuvent travailler dans une grande variété de domaines, en se spécialisant dans certains types d’interprétation. Vous serez peut-être étonné de voir toutes les possibilités de carrière qui s’offrent aux interprètes.

Interprète en soins de santé

Qu’y a-t-il de plus effrayant que d’avoir besoin de soins médicaux et de devoir les recevoir d’un médecin qui parle une langue que vous ne comprenez pas ? C’est la situation dans laquelle se trouvent aujourd’hui de nombreux patients qui voyagent ou qui sont des immigrants dans un nouveau pays.

En tant qu’interprète travaillant dans un hôpital ou un cabinet médical, vous pouvez aider les locuteurs d’autres langues à comprendre les diagnostics, les pronostics et les options de traitement.

Les interprètes en soins de santé sont parfois appelés interprètes médicaux. Ceux qui travaillent principalement en milieu hospitalier sont appelés interprètes hospitaliers.

Le métier d’interprète en soins de santé exige de comprendre la terminologie médicale spécialisée. En outre, vous devrez vous tenir au courant des dernières lois sur la protection de la vie privée lorsque vous interprétez pour des patients et des professionnels de la santé.

Les cours de formation comme celui-ci répondent spécifiquement à ces besoins. À moins que vous n’ayez déjà une expérience dans le domaine des soins de santé, des ressources locales ou virtuelles similaires constitueraient un élément fondamental de votre formation professionnelle.

Interprète judiciaire

Tout comme l’interprète médical, l’interprète judiciaire doit travailler avec la plus grande précision et la plus grande discrétion. L’issue d’un procès peut avoir de graves conséquences sur la vie de vos clients.

Une formation en droit – par exemple une formation de parajuriste – peut être un atout considérable pour ceux qui souhaitent interpréter dans une salle d’audience ou pour un cabinet d’avocats.

Interprète d’affaires

L’interprète d’affaires peut aider les chefs d’entreprise à négocier entre eux ou aider la direction à communiquer avec les employés qui parlent une autre langue.

Certains interprètes commerciaux fournissent des services de « ligne linguistique », facilitant l’assistance téléphonique à la clientèle pour les locuteurs d’autres langues.

ligne linguistique

Vous pouvez travailler pour une agence de services linguistiques comme Language Scientific ou ALTA Language Services. Ces entreprises répondent aux besoins de nombreux secteurs d’activité.

Interprète des services d’immigration

Les interprètes des services d’immigration travaillent avec les clients et les agences gouvernementales, aidant les nouveaux immigrants à comprendre leurs droits et leurs obligations légales tout au long de la procédure d’immigration.

Vous pouvez travailler directement pour une agence gouvernementale ou représenter un client pour un groupe de défense de l’immigration.

Interprète diplomatique

Si vous avez déjà vu les linguistes portant un casque à l’ONU, triant la Tour de Babel pour favoriser la conversation entre de nombreuses nations, vous avez vu un interprète diplomatique à l’œuvre.

Les réunions internationales, telles que celles entre chefs d’État, sont un autre domaine où l’on a besoin d’interprètes diplomatiques.

Les interprètes diplomatiques peuvent également être interprètes de conférence, bien que toutes les réunions multinationales ne soient pas de nature diplomatique… certaines d’entre elles peuvent être des conférences commerciales ou professionnelles.

Interprète de voyage

Les applications linguistiques et les guides de conversation sont très utiles en voyage, mais il arrive que les globe-trotters soient confrontés à des circonstances qui dépassent leur répertoire linguistique limité.

Les interprètes de voyage aident les visiteurs à franchir les barrières linguistiques et culturelles dans un pays étranger, ce qui leur permet de mieux réussir leur voyage à l’étranger.

Simultanée ou consécutive ?

Selon votre domaine d’activité, vous devrez soit interpréter les paroles de l’orateur presque immédiatement après les avoir entendues (interprétation simultanée), soit écouter l’orateur pendant quelques secondes ou quelques instants avant de commencer à interpréter (interprétation consécutive). Le choix de la forme d’interprétation est souvent dicté par les circonstances ou le contexte.

Il existe en fait plusieurs types d’interprétation consécutive ; la forme « courte » fait généralement davantage appel à la mémoire de l’interprète, puisque l’interprétation est censée commencer après que l’orateur a terminé quelques phrases ou paragraphes et s’est interrompu pour l’interprétation.

Dans la forme « longue » de l’interprétation consécutive, l’orateur peut terminer une partie ou la totalité d’un discours avant que l’interprétation ne commence. Les interprètes consécutifs prennent souvent des notes dans cette situation et peuvent même travailler à partir de documents sources fournis afin de rendre leur interprétation plus précise.

Il est possible de se former à l’interprétation simultanée ou consécutive. Certains établissements proposent des programmes qui préparent aux deux types d’interprétation.

Étape 3 : Recherche des certifications nécessaires

Les certifications ne sont pas toujours obligatoires, mais certaines peuvent être très utiles à votre carrière d’interprète.

Types de certifications

La plupart des certifications correspondent au domaine de l’interprétation et testent à la fois vos compétences linguistiques générales et vos connaissances spécialisées dans ce domaine.

Par exemple, National Board of Certification for Medical Interpreters (NBCMI) administre la certification pour les futurs interprètes qui envisagent de travailler dans un hôpital ou dans un autre environnement médical.

Certification for Medical Interpreters

Les examens écrits et oraux sont disponibles dans les langues suivantes :

  • chinois (cantonais et mandarin)
  • coréen
  • coréen (cantonais et mandarin)
  • espagnol
  • le vietnamien

Certification Commission for Healthcare Interpreters (CCHI) délivre une certification similaire, en faisant appel à une tierce partie pour vérifier les compétences linguistiques.

CCHI

Les interprètes judiciaires travaillant aux États-Unis peuvent se qualifier en tant qu’interprètes fédéraux certifiés, ou travailler au niveau de l’État avec la certification du National Center for State Courts (Centre national pour les tribunaux d’État).

Avantages de la certification

De nombreux types d’interprétation ne nécessitent pas de certification. Toutefois, le fait de posséder des certifications officielles peut améliorer vos perspectives d’emploi et vous aider à augmenter vos revenus.

Bien entendu, l’obtention et le maintien de la certification – qui doit généralement être renouvelée tous les deux ans – demandent du temps et de l’argent. Les coûts liés au maintien de la certification doivent être mis en balance avec les avantages de la certification.

Étape 4 : Adapter votre formation

La plupart des gens savent que pour devenir médecin, il faut un diplôme de médecine.

Les juristes en herbe doivent passer par la faculté de droit.

Toutefois, les exigences en matière de formation des interprètes ne sont pas toujours claires.

Quel est le niveau d’études requis ?

Un certificat suffit-il ? Ou devrez-vous également obtenir une licence ou suivre des études supérieures ?

La réponse à cette question dépend en partie du type d’interprète que vous souhaitez devenir.

Par exemple, la plupart des interprètes en soins de santé ont besoin au minimum d’un diplôme de fin d’études secondaires. Parfois, une certification, voire une formation supérieure, est exigée. Les normes peuvent varier d’un établissement médical à l’autre.

Dans de nombreux cas, une licence est une première étape nécessaire pour devenir interprète.

Personnalisez votre programme d’études

Si vous obtenez votre licence en vue de devenir interprète professionnel, il y a plusieurs façons de procéder.

Une concentration, voire une double spécialisation, vous permettra de vous familiariser à la fois avec la langue et avec le domaine spécifique de l’interprétation. Si vous souhaitez devenir interprète pour des entreprises autrichiennes, par exemple, vous pouvez suivre une double spécialisation en commerce et en allemand.

Si vos parents ont émigré de Vienne et que vous avez grandi en parlant à la fois l’allemand et l’anglais, vous pouvez renoncer à la spécialisation en allemand et vous concentrer sur les cours de commerce.

Dans tous les cas, si votre établissement d’enseignement supérieur ou votre université propose un cours sur la profession d’interprète, il pourrait vous apporter des informations et une formation précieuses pour votre future carrière.

Envisager une école spécialisée

Certains établissements se consacrent à la formation des interprètes et des traducteurs.

Le très réputé programme Monterey Language and Culture du Middlebury College vous permettra d’obtenir un Master of Arts en traduction et interprétation ou en interprétation de conférence.

Monterey Language and Culture du Middlebury College

Si vous servez dans l’armée américaine ou si vous travaillez pour le ministère de la défense ou une agence fédérale apparentée, vous pouvez envisager une formation dans un établissement tel que le Defense Language Institute Foreign Language Center.

L’American Translators Association – qui, malgré son nom, représente également les interprètes – propose une liste exhaustive d’écoles de langues dans le monde entier.

Étape 5 : S’entraîner avec des ressources linguistiques du monde réel

Au-delà de l’enseignement formel et de la certification, les aspirants interprètes voudront utiliser des ressources supplémentaires d’apprentissage des langues.

Prêtez vos oreilles : Compétences d’écoute

Nous avons tous connu ces moments amusants et embarrassants où nous avons mal entendu quelqu’un, même dans notre langue maternelle.

Vous pouvez avoir une maîtrise parfaite de votre deuxième langue et mal entendre quelque chose de temps en temps.

Bien entendu, vous voudrez minimiser les risques que cela se produise – en particulier dans un contexte professionnel – en améliorant systématiquement vos compétences d’écoute, en apprenant à éviter les erreurs d’écoute courantes qui pourraient miner votre confiance en vous.

Pour améliorer vos compétences, vous pouvez essayer FluentU. Ce programme propose un enseignement des langues par le biais de vidéos authentiques réalisées par des locuteurs natifs, ce qui vous permet d’obtenir des contextes visuels et sonores. Chaque clip est accompagné de sous-titres interactifs afin que vous puissiez vous assurer que vous discernez et comprenez les mots correctement. Vous pouvez également pratiquer vos compétences d’écoute avec des flashcards multimédias et des quiz personnalisés.

fluentu logo

Un contenu de pointe : Rester à jour

Les langues se développent et évoluent en permanence. Il vous faudra donc trouver un moyen de rester à la page, tout comme les locuteurs natifs qui vivent et travaillent avec la langue au quotidien.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, grâce à la magie de l’internet, vous pouvez accéder directement à du contenu contemporain dans votre langue cible, même si vous vivez à l’autre bout du monde, là où elle est le plus parlée.

Un peu plus de conversation : Parler avec assurance

Un partenaire d’échange linguistique de langue maternelle peut être d’une aide précieuse pour un interprète ou un interprète en formation.

Quel que soit le sujet, ces conversations vous aideront :

  • rester au courant de la langue
  • Renforcer votre confiance en tant qu’orateur.
  • mettre à l’épreuve vos capacités d’écoute.

Ne vous inquiétez pas si vous ne trouvez pas de locuteur natif à proximité. Rencontrez virtuellement un partenaire d’échange linguistique en utilisant une application de chat vidéo telle que Skype.

Faites du bénévolat

Même si votre objectif est d’être rémunéré pour vos services d’interprétation, ne négligez pas les avantages du bénévolat.

Des sites tels que VolunteerMatch offrent des possibilités locales (et même à distance) de perfectionner vos compétences en interprétation à titre gracieux. Des sites d’emploi tels que Indeed proposent des annonces pour les interprètes en herbe qui souhaitent perfectionner leur art par le biais du bénévolat. La plupart de ces offres concernent le domaine médical, mais certaines s’adressent aux futurs interprètes judiciaires ou commerciaux.

VolunteerMatch

Les stages, rémunérés ou non, peuvent également vous aider à acquérir de l’expérience en tant qu’interprète.

National Language Service Corps (NLSC) est une organisation américaine chargée de répondre aux besoins linguistiques des citoyens par l’intermédiaire des agences gouvernementales américaines. L’adhésion au NLSC est ouverte à tout citoyen américain âgé de 18 ans ou plus qui parle couramment l’anglais et au moins une autre langue. L’adhésion est gratuite et les services rendus par l’organisation sont rémunérés par une allocation horaire.

National Language Service Corps (NLSC)

Les membres de la NLSC peuvent travailler en réseau sur des sites de médias sociaux, où ils peuvent trouver une opportunité d’emploi ou un mentor.

Rencontrez des professionnels : Organisations professionnelles

En parlant de mentorat, envisagez de rejoindre une association d’interprètes professionnels. Ces groupes sont un moyen fantastique de se tenir au courant des dernières nouvelles professionnelles, de rencontrer des collègues et d’apprendre de leur expérience.

Vous pourriez y trouver une âme sœur ayant de nombreuses années d’expérience dans le domaine, qui serait ravie de vous encadrer et de vous donner des conseils sur votre carrière.

En outre, ces organisations proposent souvent des formations formelles à leurs membres. Certaines inscrivent leurs membres dans un annuaire professionnel, ce qui peut leur ouvrir de nouvelles perspectives d’emploi.

Vous pouvez adhérer à un groupe plus large, comme l’American Translators Association (ATA), déjà mentionnée, qui propose une réduction pour les étudiants inscrits à un programme de traduction ou d’interprétation.

American Translators Association

Il existe également des organisations spécialisées pour certains types de traducteurs. Par exemple, la National Association of Judiciary Interpreters & Translators (NAJIT) peut être un bon choix pour un interprète judiciaire. Les interprètes de conférence en devenir peuvent adhérer à l’International Association of Conference Interpreters, communément appelée l’Association internationale des interprètes de conférence (AIIC).

NAJIT

Les futurs interprètes médicaux peuvent profiter d’une adhésion étudiante très abordable au National Council on Interpreting in Health Care (NCIHC). L’adhésion au NCIHC comprend des webinaires de formation auxquels les membres peuvent accéder de n’importe où.

Quelle que soit la voie que vous empruntez, utilisez ces ressources pour vous guider dans votre quête. Avec une planification minutieuse et de la ténacité, vous pouvez réaliser vos rêves d’interprétation.