apprendre une langue
apprendre une langue
BlogL'anglais afro-américain n'est pas un mauvais anglais : Surmonter les préjugés à...

L’anglais afro-américain n’est pas un mauvais anglais : Surmonter les préjugés à l’égard de l’anglais afro-américain

En voyageant à travers les États-Unis, il est fréquent de rencontrer différents accents régionaux. Mais si vous avez un accent du sud ou un accent bostonien, il y a de fortes chances que vous soyez compris par quelqu’un d’un autre État.

Et si vos propos vous conduisent en prison parce que vous n’avez pas été compris ? Ou si on ne vous offre pas un emploi parce que votre façon de parler a été perçue comme « non éduquée » ? Les personnes qui parlent l’anglais afro-américain sont souvent confrontées à ces réalités.

Table des matières

Origines
Caractéristiques linguistiques
L’importance de l’acceptation de l’AAE
Les AAE dans le système juridique
L’AAE dans l’éducation
L’AAE en médecine
Les voies de l’acceptation
Réflexions finales

Origines

L’anglais afro-américain (AAE) est un dialecte de l’anglais standard parlé par certains Afro-Américains, le plus souvent dans les zones urbaines. Il est également appelé « African American Vernacular English » (AAVE), « Black English », « Black English Vernacular » et « Ebonics », bien que ce dernier terme puisse être considéré comme péjoratif et ne soit plus utilisé par les linguistes.

Dans la culture américaine, l’AAE est souvent stigmatisé comme étant du « mauvais anglais » ou de l' »anglais cassé ». Nombreux sont ceux qui pensent que les locuteurs de ce dialecte ne font que mal parler l’anglais standard ou qu’il s’agit d’un argot trivial de la Génération Z. Or, l’AAE est un dialecte à part entière. Cependant, l’AAE est un dialecte entièrement développé et logique qui possède ses propres règles grammaticales, sa propre prononciation et son propre vocabulaire. Les utiliser de manière incorrecte reviendrait à parler l’AAE de manière incorrecte.

Il existe plusieurs théories sur l’origine de la langue, dont certaines sont plus crédibles que d’autres. La théorie la plus communément admise est que l’AAE a toujours été un dialecte anglais qui a divergé des autres dialectes utilisés à l’époque. La seconde est que l’AAE est une langue créole, une langue formée par l’exposition et le mélange de deux langues distinctes, avec un vocabulaire largement tiré de l’anglais standard combiné à des éléments de la grammaire ouest-africaine.

Caractéristiques linguistiques de l’anglais afro-américain

L’anglais est la langue la plus parlée au monde, et il existe de nombreuses variétés et dialectes qui se sont développés au fil du temps. Bien que ces dialectes soient généralement similaires, l’anglais afro-américain diffère de l’anglais standard sur de nombreux points, notamment la prononciation, le vocabulaire et la grammaire.

Les différences de prononciation se manifestent par exemple par l’accent mis sur une syllabe différente d’un mot. Par exemple, l’accent des mots police ou guitar peut être placé sur la première syllabe du mot au lieu de la deuxième. En outre, il est courant de ne pas prononcer le « g » final d’un mot qui se termine par « -ing ». À l’écrit, il est souvent accompagné d’une apostrophe pour indiquer la lettre manquante : nothin‘ ou searchin‘ en sont deux exemples.

L’un des aspects les plus intéressants de l’AAE est qu’il suit un ensemble spécifique de règles de grammaire, et s’en écarter est considéré comme incorrect. Par exemple, les différents usages du verbe « be ». Les conjugaisons « is » et « are » sont souvent abandonnées au présent. Par exemple, on peut entendre « you crazy » (au lieu de « you are crazy »). Mais pour les actions habituelles, « be » est utilisé sans aucune conjugaison. Par exemple, it be like that sometimes (au lieu de « it is like that sometimes »).

Une autre différence est l’acceptation de la double négation. En anglais standard, un seul mot dans une phrase peut être négatif. L’AAE permet à plusieurs mots de prendre la forme négative. Par exemple, I don’t never have no problems contient trois mots à la forme négative (don’t, never et no).

Pourquoi l’acceptation de l’anglais afro-américain est-elle importante ?

Même si l’anglais afro-américain est reconnu par les universitaires comme un dialecte unique, il n’est pas toujours accepté par le courant dominant de l’Amérique. C’est pourquoi il est nécessaire de reconnaître les défis auxquels sont confrontés les locuteurs de l’anglais afro-américain.

Cela peut aller de malentendus mineurs à une discrimination et des préjugés purs et simples en raison de leur façon de s’exprimer. Malheureusement, ces types de « malentendus » sont fréquents dans les institutions qui sont censées apporter de l’aide plutôt que de nuire, comme le système juridique, l’éducation et la médecine.

L’anglais afro-américain dans le système juridique

Comme toutes les procédures judiciaires sont enregistrées, nous pouvons trouver des exemples bien documentés de cas où des personnes parlant l’anglais afro-américain ont été mal comprises, intentionnellement ou non. Cela peut parfois avoir des conséquences néfastes.

Le travail d’un sténographe judiciaire consiste à enregistrer avec précision les propos des avocats, des juges et des témoins. Ils certifient ces transcriptions et les inscrivent ensuite dans le dossier juridique. Celles-ci sont ensuite utilisées par les jurés lors de la détermination d’un verdict et dans toute procédure d’appel ultérieure.

Pour travailler dans le système juridique, les sténographes doivent être certifiés avec une précision d’au moins 95 %. Toutefois, une étude réalisée en 2019 a remis en question cette précision lors de la transcription des déclarations des locuteurs de l’AAE. Vingt-sept sténographes certifiés par les tribunaux ont été invités à transcrire des enregistrements de personnes s’exprimant en anglais afro-américain, et les résultats ont été franchement choquants.

Les sténographes n’ont atteint qu’une précision de 59,5 %, ce qui est très éloigné de leur taux de précision certifié de 95 %. Pour en savoir plus sur les résultats de cette étude, consultez l’infographie ci-dessous.

anglais afro americain langue

Bien qu’il ne s’agisse que d’une étude utilisant des voix enregistrées et non des affaires judiciaires réelles, les implications sont réelles et peuvent affecter les droits des personnes à un procès équitable.

Lorsqu’une personne est arrêtée, elle a le droit de demander l’assistance d’un avocat, ce que la police déclare en lui lisant l’avertissement Miranda. Toute déclaration faite après avoir demandé un avocat est irrecevable. Mais lorsque Warren Demesme a dit « Pourquoi ne me donnez-vous pas un avocat, chien ? », ce droit lui a été refusé.

Dans l’AAE, le terme « dog » désigne une personne de sexe masculin, généralement un ami. Toutefois, il a été avancé que la demande de M. Demesme n’était pas claire et qu’il s’agissait peut-être d’un « lawyer dog », et non d’une personne qui pourrait le représenter.

Un autre exemple est celui d’une femme noire qui a dit : « He finna shoot me ». Dans une dissidence écrite, il a été affirmé que cette phrase pouvait faire référence au passé, alors qu’en réalité, « finna » signifie « fixer » ou « aller », ce qui fait référence à l’avenir.

Une autre étude expérimentale a cherché à identifier l’effet de la race et du dialecte sur les opinions des jurés. L’étude a conclu que les jurés avaient une évaluation plus négative des locuteurs AAE, les considérant souvent comme moins éduqués et moins professionnels. Ces impressions négatives globales peuvent influencer la décision du juré et potentiellement conduire à des verdicts défavorables. Bien qu’il ne s’agisse que d’une étude, il n’est pas difficile d’étendre les résultats à des événements réels.

Dans un système judiciaire qui est déjà débordé et qui a eu un impact disproportionné sur les Afro-Américains, il est difficile de déterminer comment et quand l’égalité sera atteinte. Comme l’a écrit John McWhorter, professeur de linguistique à l’université de Columbia, « les relations raciales en Amérique ne bougeront jamais vraiment tant que « l’égalité devant la loi » ne sera pas plus qu’une expression désuète ». Mais l’égalité est bien sûr impossible si les Noirs aux prises avec les tribunaux et l’emprisonnement sont systématiquement mal compris ».

L’anglais afro-américain dans l’enseignement

Ce n’est un secret pour personne qu’il existe un écart important entre les résultats des Noirs et des Blancs dans l’éducation. Si de nombreux facteurs entrent en ligne de compte, la langue est l’un des plus importants. Quelques tentatives ont été faites pour introduire l’AAE dans les salles de classe et l’utiliser comme moyen de combler ce fossé. Cependant, chacune d’entre elles s’est heurtée à des critiques et des moqueries.

Dans les années 1970, des linguistes ont créé la série Bridge, un programme d’études qui commence par utiliser l’AAE, puis introduit progressivement des éléments de l’anglais standard. Les premiers tests ont montré que ce programme était une réussite. Les élèves qui l’utilisent acquièrent davantage de compétences en lecture que leurs homologues qui suivent un programme entièrement en anglais standard. Malgré ce succès, les éditeurs ont immédiatement retiré la série suite aux protestations des parents.

De même, en 1996, le conseil scolaire d’Oakland a adopté une résolution autorisant l’AAE dans les salles de classe en tant que forme d’expression acceptable. La réaction a été si forte que la résolution a été abandonnée et que la discussion sur l’inclusion de l’AAE dans la salle de classe a été pratiquement abandonnée.

L’anglais afro-américain en médecine

Un autre cas où le manque de communication crée un fossé est celui des soins médicaux. Une étude approfondie a révélé que 55 % des Afro-Américains se méfient du système de santé américain. Plusieurs facteurs peuvent être attribués à cette situation, mais l’un des plus importants est la communication (ou le manque de communication) entre les médecins et les patients.

Lisa A. Cooper, directrice du Johns Hopkins Center for Health Equity, a constaté dans ses recherches que les médecins communiquent généralement moins bien avec les patients noirs qu’avec les patients blancs. Lorsque les médecins traitent des patients noirs, ils ont tendance à dominer la conversation, à parler « at » plutôt qu' »with ». Selon Mme Cooper, « les patients afro-américains posent moins de questions, ils ont moins l’occasion de s’expliquer ou de faire part de leurs opinions ou de leurs préférences ».

Dans une étude réalisée en 2018 à Oakland, en Californie, lorsque les patients noirs étaient traités par des médecins noirs, les conversations étaient plus nombreuses, ce qui a conduit à une prise de décision partagée, à une meilleure perception du traitement et à une meilleure adhésion au plan de traitement. Il est important de noter que seuls 5 % des médecins aux États-Unis sont noirs.

Les voies de l’acceptation

Que fait-on pour remédier à cette situation ? La création d’un dictionnaire de l’anglais afro-américain est l’une des mesures les plus importantes pour faire respecter l’AAE comme un véritable dialecte. Les presses universitaires d’Oxford et l’université de Harvard s’associent pour créer le tout premier dictionnaire Oxford de l’anglais afro-américain (ODAAE).

Casper Grathwohl, président d’Oxford Languages à Oxford University Press, a reconnu que l’ODAAE vise à « créer un outil puissant pour une nouvelle génération de chercheurs, d’étudiants et d’universitaires afin de dresser un tableau plus précis de la manière dont la vie afro-américaine a influencé notre façon de parler et, par conséquent, notre identité ».

Chaque entrée du dictionnaire comprendra une signification, une prononciation, une orthographe et des exemples tirés du monde réel. La publication de cet ouvrage a pour but de mettre en lumière les contributions des Afro-Américains à la langue utilisée par les gens ordinaires aux États-Unis.

Financé par des subventions des fondations Mellon et Wagner, l’Oxford Dictionary of African American English ne sera pas publié avant 2025 au plus tôt. Toutefois, il constitue un pas en avant vers la reconnaissance et l’acceptation de l’anglais afro-américain.

Réflexions finales

Il est malheureux, mais vrai, que la plupart des locuteurs de l’anglais afro-américain sont stigmatisés et perçus comme non éduqués ou ne sachant pas parler « anglais » correctement. Au lieu d’être critiqués, les locuteurs de l’AAE devraient être reconnus pour leurs réalisations.

Un aspect rarement reconnu est la capacité de nombreux locuteurs AAE à changer de code en fonction de leur interlocuteur.

Il s’agit d’une compétence incroyable qui ne doit pas être considérée comme acquise. Walter Edwards, professeur de linguistique à l’université Wayne State dans le Michigan, a déclaré que « les Noirs américains sont les Américains les plus sophistiqués sur le plan linguistique parce qu’ils peuvent changer de code – alterner entre deux ou plusieurs langues ou variétés de langue dans une conversation – et changer de style avec une facilité déconcertante. Cette capacité témoigne d’une compétence sociolinguistique et d’une agilité verbale ».

Cela arrive tous les jours à de nombreux Afro-Américains qui doivent adapter leur discours selon qu’ils sont à la maison, à l’école, au travail ou dans un magasin. S’il s’agit d’une compétence qu’il convient de célébrer, il faut également reconnaître qu’elle est imposée aux locuteurs AAE en raison d’un manque de compréhension de la part de la population en général. Ils doivent adapter leur discours afin d’éviter les préjugés et d’être pleinement compris.

Bien que nous ayons fait de petits pas pour promouvoir la compréhension des AAE, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Il y a beaucoup de naïveté autour de la langue et, comme la plupart des stéréotypes raciaux, elle sera difficile à surmonter. Mais un peu de connaissances sur l’AAE, ou toute autre langue d’ailleurs, peut contribuer grandement à son acceptation. Apprendre ne serait-ce qu’un peu les règles et la structure de l’AAE montre qu’il ne s’agit pas d’un « mauvais anglais » et que les personnes qui le parlent méritent d’être représentées équitablement dans les espaces publics.

À découvrir