Adolescents en manque de sommeil

Trois adolescents sur quatre ne dormiraient pas assez. C’est le chiffre révélé par une enquête menée par l’Inserm 1, dans l’Académie de Lyon, et citée par le Dr Jean-Louis Valatx, directeur de recherche.

Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. D’abord, les ados 2 vivent à l’âge des grandes questions sans réponse (qui suis-je ? d’où je viens ? où vais-je ?). Ce qui ne se vit pas toujours sans angoisse. « Les adolescents accusent aussi un retard de phase physiologique, poursuit le Dr Françoise Delormas, pédiatre, directrice de Prosom. C’est-à-dire une tendance naturelle, typique de leur âge, à s’endormir plus tard. »

Ajoutez une activité physique insuffisante qui ne compense pas leur hyperexcitabilité intellectuel 3, des programmes scolaires musclés 4, qui imposent souvent de veiller tard, et des excitants qu’ils commencent à découvrir (café, cigarettes). On comprend alors aisément comment les adolescents peuvent accumuler dix heures de retard de sommeil par semaine de travail (soit environ deux heures par nuit).

Or, comme le souligne le Dr Delormas, « leur croissance leur impose justement de dormir plus longtemps dans cette époque charnière de leur existence. Il est fondamental que les adolescents prennent conscience des retentissement entraînés par le manque de sommeil sur leur qualité de vie ».

LAISSONS-LES DORMIR !

« S’il est vrai, explique le Dr Delormas, que la grasse matinée 5 désorganise les rythmes du sommeil, elle peut parfois s’imposer comme le seul moyen de combler cette dette en sommeil 6 permanente. » Conclusion ? N’hésitez pas à laisser dormir le week-end : on récupère une dette de sommeil deux fois plus vite que le sommeil perdu.

REDONNONS-LEUR UN RYTHME

Lorsque l’adolescent est trop décalé 7, il faut songer à resynchroniser 8 ses rythmes de sommeil via un « traitement » par chronothérapie. Ce « traitement » (réalisé sous le contrôle d’un médecin ou du spécialiste d’un centre de sommeil) consiste à décaler peu à peu l’heure du coucher jusqu’à ce qu’il vive des journées de vingt-sept heures d’affilée 9. « En six ou sept jours, commente le Dr Delormas, les horaires de sommeil vont spontanément se recaler sur une tranche comprise entre 23 heures et 7 heures du matin. » À lui ensuite (et à vous de l’y aider) de s’astreindre à une nouvelle hygiène de vie propice au sommeil.

Santé magazine, n° 326,
Février 2003.

1. un centre français d’étude sur la santé et la recherche médicale.
2. l’abréviation d’adolescents.
3. une fonction très active de l’intelligence.
4. des programmes scolaires chargés et difficiles.
5. le fait de se lever tard.
6. rattraper un manque de sommeil.
7. lorsque son rythme jour/nuit n’est plus respecté.
8. remettre à l’heure.
9. à la suite.

1. D’ENTRÉE DE JEU

1. Qu’est-ce qu’un magazine ?

2. Dans quel domaine le magazine dont est extrait cet article est-il spécialisé ?

3. Dans quelle mesure le titre de l’article se rattache-t-il au domaine de spécialité du magazine ?

2. AU CŒUR DU TEXTE

1. a. Quelle observation l’enquête de l’Inserm a-t-elle permis de formuler ?
b. Dans quel paragraphe cette observation est-elle formulée ?
c. À quoi sert ce paragraphe ?

2. a. Quelles sont les raisons du manque de sommeil chez les adolescents ?
b. Dans quel paragraphe ces raisons sont-elles présentées ?
c. À quoi sert ce paragraphe ?

3. Pourquoi le manque de sommeil est-il dangereux pour les adolescents ?

4. Quels remèdes Françoise Delormas propose-t-elle pour lutter contre le manque de sommeil ?

5. a. Précisez le type des phrases utilisés pour les intertitres.
b. Pourquoi ce type de phrase est-il employé ?

6. Comparez les deux derniers paragraphes aux trois premiers : que remarquez-vous ?

3. PARTIE D’ÉCRITURE

L’auteur de l’article donne un conseil suivi d’une explication.

N’hésitez pas à laisser les adolescents dormir le week-end [conseil] : on récupère une dette de sommeil deux fois plus vite que le sommeil perdu [explication].

Sur le même modèle, donnez à votre camarade deux conseils suivis chacun d’une explication pour corriger un de ses défauts.

Article précédentL’impératif
Article suivantLes formes de phrases